Mélenchon, Delanoë, contre-positionnements matinaux
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Mélenchon, Delanoë, contre-positionnements matinaux

Le socialiste tel qu'on le parle.

Mélenchon (Mélenchon-la-gauche, plus chaviste que moi tu meurs) est invité par Aphatie sur RTL. Alors, Sarkozy fait-il du bon boulot sur la crise ? Oui. Pas mal. "C'est une bonne chose qu'on voie revenir l'Etat" concède l'invité (Il est vrai que Chavez vient de décerner à son "camarade" Sarkozy un brevet de socialisme, comme le remarque, sans commentaire, Le Figaro). "Vous vous rendez compte que vous tenez un discours très conciliant ?" remarque soudain Aphatie. Non, il ne se rendait pas compte.

Quelques minutes plus tard, Delanoë (Delanoë-le-libéral, plus libéral que moi, etc) est l'invité d'Eric Delvaux sur France Inter. Alors, Sarkozy fait-il du bon boulot sur la crise ? Non, non et non. Rien à sauver. Gesticulation et compagnie. Il a commencé à être utile quand Gordon Brown s'en est mêlé. Pour le reste, les mesures prises sont parfaitement imparfaites.

Plusieurs explications. Soit Sarkozy est réellement devenu le camarade de Chavez, et il est donc normal que les plus socialistes des socialistes soient les plus conciliants à son égard. Soit ces contre-positionnements matinaux sont liés, d'une manière ou d'une autre, à l'approche du congrès de Reims, et le matinaute avoue son incompétence pour parvenir à en donner la clé à la communauté des matinautes déboussolés.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.