Espionnage : "si on peut le prendre, on le prend"
Ma boite à souvenirs
Ma boite à souvenirs
chronique

Espionnage : "si on peut le prendre, on le prend"

Le blogueur (et ex DGSE) qui ne pleure pas sur le sort de Snowden

Réservé à nos abonné.e.s
Dans cette nouvelle chronique, Georges Marion revient sur l'affaire Snowden. Résultat : il se découvre une passion pour une charmante espionne russe, s'acoquine avec un ancien agent de la DGSE devenu blogueur et trouve que finalement les écoutes généralisées sont tout à fait normales. Malade Marion ? En fait, c'est un peu plus compliqué. Récit.

Depuis maintenant plus de deux semaines, Edward Snowden est bloqué à l’aéroport Cheremetievo de Moscou. Du moins on le suppose, puisque personne ne l’a vu depuis longtemps. Mardi, un parlementaire russe a cru savoir qu'il avait finalement accepté l'asile offert par le Venezuela, information démentie par Wilkileaks, quelques heures plus tard, en une curieuse formulation : "Edward Snowden n'a pas encore formellement accepté". Apparemment les négociations sont difficiles. Pour Snowden, ce séjour moscovite ne doit pas être drôle tous les jours. Une sémillante espionne russe reconvertie dans l’audiovisuel, Anna Chapman, lui a bien fait une demande en...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.