Une pancarte à Lyon
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Une pancarte à Lyon

Pourquoi celle-ci ? Pourquoi, dans le déluge matinal d'images

, l'oeil s'arrête-t-il sur cette photo-là, que publie à la Une le site du Monde ? C'est d'abord le carton qu'on voit, le carton d'emballage dont la manifestante a découpé un côté, grossièrement, avant de tracer son slogan, au feutre fatigué. Mécaniquement, l'oeil se porte ensuite sur la porteuse de la pancarte, jeune, blonde, résolue, et qui porte aussi la capuche réglementaire des "casseurs", ce dont il faut se garder de tirer la moindre conclusion, surtout depuis qu'on apprend ce qu'on apprend.

Le slogan, ensuite. "Papa-maman, je l'aurai votre retraite". Au coeur de la manif, un message personnel, tendre et familial. Et ambigu : qu'a-t-elle voulu dire ? Qu'elle défilait pour préserver le droit au départ de ses parents, à 60 ans ? Ou bien pour bénéficier, elle-même, le moment venu, du même droit ? Ce n'est pas la même chose. Dans le premier sens, elle se situe dans la solidarité inter-générationnelle. Dans le second, dans la compétition "chauvelienne" des classes d'âge. Risquons une troisième hypothèse : elle a voulu joindre les deux sens. Parce qu'elle pense que les deux combats, non seulement ne s'opposent pas, mais sont liés l'un à l'autre.

C'est seulement dans un troisième temps, que l'oeil se porte sur toute la moitié droite de la photo, où le cadrage de Philippe Desmazes, photographe de l'AFP, a relégué les ninjas. Si présents, si massifs, et pourtant invisibles, derrière leurs boucliers qui réfléchissent la façade blanche (d'un lycée ?) La voient-ils, la porteuse de pancarte ? La surveillent-ils ? Sont-ils vigilants ? Emus ? On est à Lyon, et ils sont casqués : deux éléments qui suggèrent, hors champ, cette tension, qui peut-être arrête l'oeil, ce matin, sur cette photo, parmi tant d'autres.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

"Dernière sommation pour les journalistes!"

Manif mouvementée et sprint final à l'Assemblée pour la loi Sécurité globale

Dis, Havas, dessine-moi un plan com' (à 191 000 €)

Plongée dans les méthodes de l'agence pour manipuler les médias

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.