Tignous, le kangourou, et les deux guerres
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Tignous, le kangourou, et les deux guerres

Réservé à nos abonné.e.s

Un joli hommage à Tignous, que je lis dans L'Express, sous la plume de Anne Rosencher, directrice déléguée. Beau texte, émouvant, sur le dessinateur mort le feutre à la main, le 7 janvier 2015, cinq ans déjà. Cinq ans ! Jusqu'à cette phrase de Rosencher : "Les gens ne supportent plus d'être choqués". Cette phrase qui reprend la déploration charliste, telle qu'elle s'étale encore en couverture du numéro anniversaire : en substance, l'ennemi, aujourd'hui, ce sont les réseaux sociaux, les milliers d'anonymes qui chassent en meute, et interdisent aux dessinateurs de dessiner.

"Les gens ne supportent plus d'êtres choqués". Mais "les gens", Anne ...

Il vous reste 81% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.