Sternhell-Traoré-Chouviat : un peu de géométrie
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Sternhell-Traoré-Chouviat : un peu de géométrie

Les coïncidences de dates tendent parfois sur un plateau d'irrésistibles rapprochements. L'historien israélien Zeev Sternhell disparaît ainsi alors que se développe en France un vaste débat sur les violences, et le racisme policiers. Sur Sternhell, sur la manière dont les sages universitaires français de l'école dite "de Sciences Po" disqualifièrent ses recherches sur les racines d'un fascisme tricolore, rien de mieux que de lire la remarquable analyse d'Antoine Perraud, sur Mediapart.

Que dit Sternhell ? Qu'il existe une continuité entre les fermentations pré-fascistes et antisémites des affaires Boulanger / Dreyfus (Années 1880), et le régime de Vichy, en passant par les Croix de Feu des Années 30, et l'interview de Hitler, en 1936, par l'intellectuel français Bertrand de Jouvenel.  Le mot-clé, c'est "continuité". Postulons donc la continuité. Et si l'on prolonge à la règle cette ligne continue jusqu'à nos Années 2020, que voit-on ? Sternhell disparait le jour où une manifestation de policiers devant la préfecture de Bobigny oblige le préfet du 93 à mettre en demeure le maire de Stains de supprimer le mot "policières" sur une fresque murale, inaugurée quelques jours plus tôt, et qui rapproche les portraits de Adama Traoré et George Floyd.

Le syndicat policier Alliance avait d'abord demandé que cette fresque soit supprimée. Dans sa grande magnanimité, le syndicat se contenterait donc d'une suppression du mot "policières". Ils sont décidément trop bons ! Quel rapport avec Zeev Sternhell ? Le chaînon manquant, ce sont les récentes révélations médiatiques sur le racisme policier, ce "bicot" surgi de la guerre d'Algérie, ces "youpins" venus des Années 30. Cette continuité souterraine, au coeur de la police, d'un racisme idéologique, et pas seulement d'un burn-out excédé des policiers de terrain. Si la France, des Années 1880 à Vichy, a été un terreau intellectuel du fascisme -ou même, admettons, de "l'autoritarisme" terme qui me semble personnellement mieux convenir-, au même titre que l'Allemagne ou l'Italie, par quel miracle ce terreau serait-il devenu stérile ?

Alliance réfute le terme "violences policières". D'une certaine manière, le syndicat a raison. Violence d'Etat convient mieux. Le plus terrifiant, dans la mort de Cédric Chouviat (lire dans Mediapart et Le Monde les récits détaillés de ses dernières minutes), ce ne sont pas les sept cris successifs "J'étouffe" poussés, avant d'expirer, par le livreur étranglé. Ce n'est pas que quatre policiers, dont deux stagiaires, perdent leurs nerfs après un contrôle d'identité tendu (si l'on se fie au récit du Monde, le moins indulgent pour Chouviat). C'est que les quatre policiers n'aient pas été immédiatement suspendus. C'est qu'avec l'accord de leur hiérarchie, du préfet de police, du gouvernement, ils soient encore en fonction, procèdent encore à des contrôles d'identité. Je mélange des choses qui n'ont rien à voir ? Adhérez ou non. Ce n'est qu'un exercice de géométrie.



Partager cet article Commenter
Quelques étranglements du matin

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.