Sarkozy, le vaudou et la relance
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Sarkozy, le vaudou et la relance



"Moi je ne p
 
orte pas plainte contre ma poupée vaudou !" laissa enfin tomber Royal, au moment de prendre congé, après avoir stoïquement répondu aux questions d'Elkabbach sur Europe 1. (Tiens, d'ailleurs, on dirait qu'il ricâne moins, Elkabbach, ces temps-ci, quand il interroge Royal. On dirait que la fréquence des ricânements s'est ralentie depuis 2007. Rosirait-il, comme Sarkozy ? Attendons les conclusions de Chavez). 

Ah, mais non. C'était l'attaque de trop, la poupée vaudou (rappelons à ceux qui ne suivent pas que le juge des référés devait se prononcer mercredi 29 octobre sur la demande sarkozyenne de faire retirer du commerce la poupée-sacrilège). Immédiatement, Elkabbach planta ses aiguilles."Quand vous serez à l'Elysée, vous ferez la même chose" riposta l'intervieweur, instantanément redevenu porte-parole du Justiciable Suprême, et en oubliant que Sarkozy est le premier président à descendre dans l'arène judiciaire, où il ne peut guère pour sa part prendre de coups (nul ne pouvant porter plainte contre lui). "Et vous, vous portez plainte pour atteinte à la vie privée !" ajouta Fogiel (à moins que ce ne fût encore Elkabbach). Royal: "Mais ce n'est pas la même chose. Bientôt, il portera plainte contre les Guignols de l'info, contre Le Canard enchainé, etc".

La multiplication des plaintes présidentielles laisse perplexe, et commence à réveiller la presse. Plainte contre l'ancien patron des RG Yves Bertrand, pour avoir consigné des ragots sur des carnets qui n'étaient destinés qu'à lui seul, et n'ont été publiés que contre son gré. Plainte (retirée) contre L'Obs, pour le prétendu texto "Si tu reviens, j'annule tout". Plainte contre un T Shirt. Au moins, on sait à quoi est employé son salaire (augmenté): à payer ses avocats à la mesure de leur talent, et du travail (dominical ?) qu'il leur inflige. C'est sans doute sa contribution personnelle à la relance.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.