Poutine : l'étrange déni
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Poutine : l'étrange déni

Pouvait-on anticiper les intentions belliqueuses de Vladimir Poutine ? L'état de guerre avec la Russie étant durablement installé en Europe, on n'en finira jamais de se poser la question. Une longue et excellente enquête du Monde recense toutes les raisons qu'avaient les diplomates et les dirigeants européens (Britanniques mis à part) de ne pas croire les alarmes américaines. D'autant, explique "une source proche du dossier" que ces alarmes étaient fondées "sur une source humaine à laquelle nous n'avions pas accès". Autrement traduit, la CIA avait réussi à introduire une source dans l'entourage proche de Poutine.  

Je précise : Européens de l'Ouest. L'Est, qui se souvenait de la dictature soviétique, était bien moins indulgent. À l'Ouest se mêlaient, à gauche, l'hostilité post-communiste à l'Otan, et à l'extrême droite, les intérêts financiers, la fascination pour l'Homme Fort, le vrai de vrai, pas ramolli par la décadence occidentale, et une aveuglante idéologie europhobe (à vous de coller sur cette phrase les noms propres de votre choix). Enfin dans la droite néolibérale, régnait la conviction que les intérêts bien compris du commerce finissent toujours par l'emporter sur les passions nationalistes, s'ils sont expliqués avec pédagogie, fût-ce aux deux bouts d'une longue table. Comme si la planète entière ne pouvait finalement que se rallier aux Powerpoints de McKinsey, et aux analyses pénétrantes de l'Institut Montaigne. Telles sont les composantes de ce qu'un Marc Bloch ressuscité pourrait appeler "L'étrange déni".

Pouvait-on anticiper ? Dans la campagne présidentielle, sur les réseaux sociaux, fourmillent les relectures rétrospectives des signes avant-coureurs des intentions russes, les mises en accusation conséquentes des avocats français de Poutine et, plus largement, de tous ceux (politiques, intellectuels, experts, journalistes) qui ont sous-estimé la dangerosité de Poutine. "Tout était écrit", répète-t-on. Il suffisait de regarder, et de savoir lire. Souvent, est convoqué le précédent historique de Mein Kampf, l'ouvrage d'Hitler, rédigé en prison en 1924, et dans lequel toute la suite était annoncée, pour peu qu'on prenne la peine de lire l'édition originaleCes relectures rétrospectives sont injustes. Oui, les signes avant-coureurs des intentions poutiniennes étaient nombreux. Mais contredits par des signes contraires. Seulement voilà : l'Histoire est un juge impitoyable, qui tranche avec un bandeau sur les yeux, et sans appel.


Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.