Mazerolle, l'homme de la situation
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Mazerolle, l'homme de la situation

C'est donc Olivier Mazerolle, qui remplacera Aphatie à l'interview politique matinale de RTL, à partir de la rentrée.

Aussitôt connue la nouvelle, les ricanements ont fusé sur Twitter, sur le thème de la gérontocratie. Mazerolle est âgé de 72 ans, et son interview sera en concurrence avec celle de Jean-Pierre Elkabbach (77 ans) sur Europe 1. Facétieux, le site du Monde a publié des photos de jeunesse des deux indéboulonnables Sepp Blatter de l'interview radio, Mazerolle avec des cheveux, et Elkabbach assistant à un sommet franco-allemand avec...Pompidou et Willy Brandt.

Mazerolle, 1973. Qui est donc l'interviewé ?

 

Elkabbach, 1971 (On aurait pu trouver mieux, Elkabbach étant entré à l'ORTF dans les années 60).

Ces ricanements, que l'on suppose poussés par des jeunots -disons, âgés de moins de 45 ans- impatients et irresponsables, sont une  tragique erreur d'interprétation. Mazerolle n'est pas si loin de l'âge moyen des auditeurs de RTL. L'auditeur moyen de RTL est âgé de 57 ans. C'est le plus vieux, parmi les radios généralistes (seules Radio Classique et France Musique ont un auditeur moyen encore plus vieux, avec respectivement 62 et 63 ans). Avec des auditeurs âgés en moyenne de 55 et 56 ans, les autres radios écoutées ici chaque matin, Europe 1 et France Inter, se tiennent dans un mouchoir. Où sont donc les jeunes ? Ils écoutent des stations nommées Skyrock, Fun, ou Virgin, ou d'ailleurs pas de radio du tout. Ils sont ailleurs. A noter que ces situations satisfont pleinement les radios privées et leurs annonceurs, le pouvoir d'achat croissant avec l'âge.

Embauchant Mazerolle, RTL témoigne de sa parfaite connaissance de son public. Travailler pour les medias traditionnels, aujourd'hui, pour les radios, pour les télés, pour les journaux papier, revient à exercer dans un service de gériâtrie. On est entre nous, ne nous dérangez pas. Nul doute que Mazerolle sera parfait pour aiguillonner tous les politiques sur les dangereux Grecs (dont la faillite menacerait l'internationale des rentiers d'Europe et d'ailleurs), pour célébrer l'Allemagne et ses jobs à un euro de l'heure, et pour inciter à se méfier des dangers d'Internet, tandis que le journal qui précède ou qui suit célébrera, lui, les bienfaits d'une retraite au Maroc, ou commentera la vie culturelle, avec les retours de Francis Cabrel ou de Charles Aznavour. Les autres tranches d'âge, évidemment, ne seront pas absentes des programmes. Un reportage mensuel sur le chômage des jeunes, ce fléau, les dernières nouvelles de Nabilla et ses copines pour se rincer l'oreille, sans oublier les déclinaisons sur le thème des racailles de banlieue ou des islamistes, pour l'indispensable petit frisson. Mais pourquoi donc critiquer Mazerolle ?

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.