Léjeunes, levaccin, et les menottes
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Léjeunes, levaccin, et les menottes

On peut toujours se boucher les oreilles pour ne pas l'entendre, mais ça va repartir un jour ou l'autre, merci le variant Delta. Tour d'horizon du soir sur BFM. En Angleterre, Boris Johnson fait le pari de tout réouvrir. Aux États-Unis, Biden a mis en garde : "La bataille n'est pas gagnée". En Norvège, la réouverture totale est repoussée. Et en France ? "En France, les jeunes... les jeunes ils ont du mal", soupire le présentateur, Thomas Misrachi. Justement, il a un jeune en face de lui. Un jeune de gauche, Louis Boyard, visage habitué des plateaux de BFM (chaîne d'info continue qui accueille encore quelques visages de gauche au milieu de l'année 2021).  Donc, le voici promu expert et porte-parole de léjeunes qui "ont du mal". "Pourquoi, Louis Boyard ?" "Parce que...euh... Il y a des jeunes, ils ont envie de se faire vacciner, mais ils ont pas encore passé le pas, il faut expliquer aux jeunes la situation dans laquelle on est. Si on nous explique que c'est pas seulement pour nous..."

Mais Boyard n'est pas seulement là en tant qu'expert de léjeunes. Il est aussi accusé. Misrachi, fourbe : "Je ne vais pas trahir un secret, mais vous me disiez tout à l'heure, je n'y suis pas allé, j'ai la flemme..." Boyard, pris de court :  "C'est pas vraiment que j'ai la flemme..." "C'est ce que vous m'avez dit !" "Pour moi c'est important d'aller se faire vacciner..." "Mais vous ne l'avez pas fait". "Mais je vais le faire". "Mais pourquoi ça vous prend tant de temps ? Vous êtes quelqu'un d'éduqué, vous connaissez les enjeux". Après un moment de déstabilisation, Boyard tente un "C'est la faute des vieux" :  "Déjà ça la fout peut-être un peu mal que des plus de 55 ans ne veulent pas se faire vacciner, en disant j'ai peur des effets à long terme du vaccin. Les jeunes se disent c'est peut-être pas à nous de le faire. On ne peut pas leur donner tort. C'est pas en les pointant du doigt que ça fonctionnera". "Personne ne pointe du doigt les jeunes !" Personne sauf, l'autre semaine, le journaliste de BFM Emmanuel Lechypre, qui se proposait d'aller chercher les réfractaires "avec les menottes s'il faut" avant de se rétracter deux jours plus tard ("les menottes, c'était une image"). Le même jour, l'économiste de gauche Thomas Porcher, un ton au dessous, proposait, sur le plateau des Grandes Gueules de RMC, de "rendre la vie difficile" aux non-vaccinés.

Boyard, continuant : "Comme des millions d'autres jeunes, on nous a jamais vraiment dit que c'était notre tour. Aujourd'hui, ce que le gouvernement doit expliquer aux jeunes, c'est que c'est pas tant pour eux qu'il faut se faire vacciner, c'est pour la société. Il ne faut pas les prendre pour des idiots. Certes, vous avez peu de chances de développer des formes graves..." Misrachi : "Personne n'a jamais dit ça !" Personne n'a jamais surdramatisé le risque ? Le matin même, le président de l'ARS Nouvelle-Aquitaine Benoît Elleboode assurait que "Toute personne non vaccinée sera contaminée par le variant Delta". C'était sur le plateau de BFM. Surdramatisation d'un côté, déni de l'autre : la communication est un art difficile.


Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.