Le Canard, Chabot et Borloo, suite (et fin ?)
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Le Canard, Chabot et Borloo, suite (et fin ?)

Les meilleurs feuilletons ne se terminent jamais. Oui ou non,

Jean-Louis Borloo était-il ivre à sa sortie d'un rendez-vous avec les Verts, à l'Elysée, le 3 septembre ? Le Canard enchaîné l'avait affirmé, assurant que Arlette Chabot, directrice de l'information de France 2, avait même ordonné la destruction des rushes inexploitables de son équipe, pour que les images d'un Borloo titubant, et renversant le micro de France 2, n'aillent pas se promener sur Internet. Les radios du matin avaient repris Le Canard. Patatras ! Nous avions retrouvé un extrait du Journal de France 2, attestant que Borloo avait bel et bien articulé, devant le micro, quelques phrases intelligibles. Et nous avions donc décerné un "Pan sur le bec" au Canard.

L'hebdo revient logiquement en deuxième semaine sur l'affaire. Notre confrère Louis-Marie Horeau, du Canard, a visionné la partie (non détruite) des rushes de...

...la phrase de Borloo citée ici par France 2. picto

Il en donne cette transcription: "On est dans le cadre, bien, d'un débat...qui se consolide démocratiquement, avec euh...les...les différents partenaires euh...des sujets...progressivité, compensation...Est-ce que c'est un bonus-malus ? Est-ce que...voilà. Et tout ceci chemine...euh...euh...Le président devrait arbitrer dans les...les jours qui viennent, peut-être en fin de semaine prochaine...sur l'ensemble de ce dossier...de...ça...ce...ça...ça débat...euh, c'est un thème qui débat de ses évolutions".


Accessoirement, Le Canard précise que le plan de Borloo en marche, inséré par France 2 juste avant l'interview, a été filmé...à l'arrivée à la réunion, et non pas à la sortie. Dernier élément que nous sommes en mesure d'apporter à ce dossier capital : Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, invitée d'@si cette semaine, n'a pas remarqué d'ébriété manifeste du ministre au cours de la réunion.

Moralité (provisoire) ? On peut en dégager plusieurs. Le Canard n'avait pas totalement raison mais, les rushes ayant été détruits sur ordre de Chabot, on ne saura jamais s'il avait complètement tort. Accessoirement, Le Canard stigmatise les confrères qui l'ont condamné sans l'appeler. Pour notre part, nous avons laissé plusieurs messages au Canard, qui ne nous a jamais rappelés. Deuxième moralité : l'insertion d'un plan d'illustration non chronologique, mais plus favorable à un ministre, est un procédé qui fait froid dans le dos. Troisième moralité : la transcription écrite d'une bande-son est un art qui , par l'ajout judicieux de points de suspension et de "euh", permet de ridiculiser sans appel la victime. Quatrième moralité : au-dessus du feuilleton de l'histoire d'amour de Jean-Louis et Arlette, Le Canard publie cette semaine un autre article, détaillant comment le plan Borloo sur le développement du frêt ferroviaire, présenté le 16 septembre, va aboutir à ... lancer sur les routes entre 800 000 et un million de camions supplémentaires. Cet article, qui fera certainement moins de buzz, est une raison de continuer à sortir le mercredi matin, pour acheter Le Canard enchaîné.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.