Théo, la sagesse du radical
chronique

Théo, la sagesse du radical

Théo est bien coiffé, avec une légère raie de côté, comme je la portais à son âge quand je voulais faire bonne impression aux partiels. Théo a dix-huit ans, il est peut-être en première année de fac, je n'en sais rien. Je ne connais de Théo rien d'autre qu'un résumé très monté de son passage sur LCI, que je découvre sur mon réseau social addictif préféré. Mais je l'imagine bon élève, posé, bûcheur aux partiels, raisonnable, raisonnant. D'ailleurs, sur ce plateau de LCI, il ne dit que des choses raisonnables, raisonnées, il pose des limites. Oui, en tant que photographe, il participait à la brève occupation par l'association Youth for climate des locaux parisiens de Blackrock, le 10 février à Paris. Blackrock est ce gestionnaire d'actifs géant (notre émission ici) qui discourt vert et durable, mais investit dans le carbone. Au cours de cette occupation, des murs ont été tagués, et quelques trophées jetés à la poubelle (Les Echos -LVMH parlent de "siège dévasté", les vidéos de Taha Bouhafs sont ici). Mais le mouvement connait ses limites. Par exemple, Youth for climate ne s'en prendra pas "à l'intégrité morale des personnes".

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.