Guérini, coupable notoire
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Guérini, coupable notoire

Cette fois, on les tient, ces pourris de Marseillais !

Ils ne s'en sortiront pas comme ça. Le Point, hebdomadaire d'investigation jusque là spécialisé dans l'invention des femmes de polygames, s'est procuré "le" rapport qui va enfin mettre à bas la forteresse du PS des Bouches du Rhône. Insoupçonnable rapport: il a été rédigé par Arnaud Montebourg en personne. "Le" Montebourg-Monsieur propre du Parti ? Oui, lui-même. Ce rapport "dénonce les dérives du PS marseillais" annonce le titre de l'édition en ligne, qui précise que Montebourg préconise la mise sous tutelle de la fédération des Bouches du Rhône. Et le même rapport "laisse le PS sans voix", précise le titre de l'édition papier de l'article de Hervé Gattegno, phocéologue appointé du Point, qui s'offusque: "jusqu'ici, Martine Aubry n'a pas réagi" (le rapport est daté du 8 décembre).

Comment est-il possible que Aubry n'ait pas réagi à ce rapport accablant ? "L'argent public y est notoirement utilisé pour faire pression sur les élus socialistes afin de s'assurer de leur soutien sans faille" écrit par exemple Montebourg dans son rapport (texte intégral ici). "Notoirement" ? Vous avez bien lu "notoirement" ? Oui. Mais si Montebourg écrit "notoirement", cela signifie qu'il ne possède pas la preuve de ce qu'il avance ? Sans doute. Ce qui n'est pas étonnant. Ce rapport, a-t-on appris dans la matinée d'hier, après sa publication par Le Point, a été rédigé sur la base d'une visite de Montebourg à Marseille en juin dernier, visite ayant duré...une journée. C'est l'entourage d'Aubry, manifestement furieuse d'être accusée de passivité, qui s'est empressé de le préciser au Point (Le Point ne le savait donc pas ?)

Qu'en conclure ? De l'acharnement anti-Guérini du Point, de la sélectivité de ses indignations (ses mises en cause du chef des services secrets Squarcini dans la même affaire sont beaucoup plus discrètes), il ne faudrait pas déduire, a contrario, que les Guérini sont tout blancs. De nombreux exemples de triche dans la fédération socialiste des Bouches du Rhône ont été établis dans le passé (comme dans la fédération du Pas-de-Calais, par exemple). Les politiques marseillais sont certainement aussi corrompus que leurs homologues bretons, languedociens ou normands (ces exemples régionaux étant choisis rigoureusement au hasard). Mais la canebière est un amplificateur de rumeurs, un piège redoutable pour les journalistes (et les politiques) fraîchement débarqués de l'avion à Marignane. Il y a vingt ans (souvenirs souvenirs) Gattegno et moi couvrions ensemble une sombre affaire de meurtre dans le milieu des cliniques de Marseille. Je travaillais pour Le Monde, et Gattegno, à l'époque, pour Le Méridional, journal de la droite notoirement extrême. Tous les soupçons convergeaient vers un patron de clinique, Jean Chouraqui. On se repassait entre confrères des scripts apparemment accablants d'écoutes téléphoniques. Nous fûmes peu nombreux, à résister à la rumeur. Chouraqui fut finalement acquitté aux Assises. Il repasse de temps en temps à la télé, en tant que victime emblématique de lynchage médiatique et d'acharnement judiciaire. C'est un souvenir précieux.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

PS

Une journée à Grenoble avec les militants d'Eric Piolle

Anticor, Amnesty, RESF : le Vert-surprise qui a tout pour lui

Question d'enfant à Macron : les médias trompent deux fois

Le président n'a pas répondu sèchement à un élève de CM2, mais il a menti sur l'accueil des Afghans

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.