DSK, Macé-Scaron : blanchiment par le rire, mode d'emploi
Le matinaute
Le matinaute
chronique

DSK, Macé-Scaron : blanchiment par le rire, mode d'emploi

Un viol, et un plagiat -pardon, un "rapport sexuel précipité", et une démonstration "d'intertextualité":

rentrée de choix, décidément, pour le Grand journal. Donc, la marionnette de DSK multiplie les excuses, à Sandrine, de 4 ème D, à Elodie, de 5 ème C, et même à tout le lycée. Rires. Quelques instants plus tôt, sur le plateau, on a entendu Martine Aubry (la vraie), glisser pour la première fois: "je pense la même chose que beaucoup de femmes sur l'attitude de Dominique Strauss-Kahn vis à vis des femmes". Aubry réagissant à l'affaire "en femme": c'est une première. On imagine qu'elle va être relancée, amenée à préciser ses pensées, par le redoutable Aphatie, qui se trouve sur le plateau. Mais non. Personne ne relève. On n'est pas là pour ça. La pub attend. Et les Guignols. Ce sera pour le lendemain.

Yann Barthès, ensuite, reçoit Joseph Macé-Scaron. Barthès: "Qu'est-ce qui me prouve que vous êtes bien le vrai Joseph Macé-Scaron. Les tatouages, c'est du vrai ?" Re-rires. Rafale de questions. Recette Barthès: trois tiers de rigolade, un tiers de compassion. Résultat, quelque chose comme: "Comment fait-on pour pomper ?" "Comment on ressort personnellement d'une affaire comme ça ?" Quelle poilade, cette affaire de plagiat ! Imperceptible anxiété, tout de même, dans l'oeil du directeur adjoint de Marianne. Et si un piège allait venir, malgré tout ? Oui, même là, même à Canal+, entre soi, on ne sait jamais quel coup de griffe inattendu, accidentel, peut lancer la société du spectacle. La même anxiété que je sentais dans son oeil, quand je l'interrogeais sur le plateau, avant la révélation de "l'affaire". Il guettait le piège. Mais il n'y avait aucun piège. On l'avait invité parce qu'on aimait son livre. A l'époque.

Etrange machine, que ce Grand Journal, que l'on retrouve avec une vague stupeur, après un été au premier degré. Macé-Scaron et Barthès s'ébrouent dans une principauté, une zone de non-droit, constituée de l'émission elle-même, et de tous les médias auxquels appartiennent les chroniqueurs et invités réguliers, c'est à dire...presque tous. Un univers doté de ses règles propres de transgression, de sanction, d'absolution. Impunité ? Pas vraiment. L'impunité, contrepoint des sanctions réelles, c'est bon pour ces lourdauds de l'extérieur, de la vraie vie. Dans le cercle magique, on s'invite, on se charrie, et on sort réhabilité. La moquerie est la seule sanction. Une fois blanchi, c'est reparti pour un tour, votre carte de séjour est renouvelée. Avantage de l'écosystème: plus aucun besoin d'aller sérieusement rendre des comptes dans le monde extérieur. A quoi bon ? Pour qui ?

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.