Denisot-Hees, la question qui tue
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Denisot-Hees, la question qui tue

Et Michel Denisot, inquisiteur impitoyable, planta son regard d'aigle
Hees Denisot

dans les yeux de Jean-Luc Hees, président de Radio France, invité du Grand journal : "en un mot, y a-t-il eu pression politique ?" Admirable question, implacable dans sa simplicité antique. On parlait évidemment, du licenciement de Porte et Guillon. Le pouvoir était-il intervenu ? Hees se sut alors acculé. Aucune issue. Sans doute regretta-t-il amèrement d'avoir accepté l'invitation du Grand journal de Canal+, où les puissants ne sont guère ménagés. Ah, s'il l'attendait, cette question !

Hees venait d'ailleurs de croire s'en tirer en révélant à la Nation (et à la postérité) les circonstances exactes de la décision : c'est en regardant Domenech lire à la télé le communiqué des Bleus grévistes, qu'il avait pris sa décision. Son sang chaud de fier dirigeant n'avait fait qu'un tour. "Je ne m'appelle pas Domenech" répondrait-il fièrement au Monde qui l'interrogeait. A la seconde, partaient les lettres recommandées de licenciement. Mais cela ne suffisait pas à Denisot. Si le Grand journal avait décommandé Thibault et Chérèque, initialement invités au soir de la grande journée de lutte sur les retraites, c'est qu'il fallait faire cracher à Hees l'aveu de la pression du pouvoir. "Non" lâcha Hees dans un soupir, avec la sérénité de l'homme qui a sa conscience pour lui. Le public du Grand journal respira. La décision était donc purement professionnelle. Dieu soit loué ! On pouvait passer au foot.

S'il restait, dans le tourbillon d'enculades qui constitue l'essentiel de l'actualité de cette fin de saison, deux sous de bon sens à quelqu'un, on pourrait se demander ce que vaut ce dirigeant d'entreprise publique, qui prend une décision aussi importante (licencier les deux humoristes qui valent à sa station ses deux plus forts pics d'audience de la journée), sous l'effet d'un affect passager, pour soigner son égo meurtri. Si "l'actionnaire" de Radio France, si cher à Val, raisonnait en effet en actionnaire, il aurait déjà convoqué Hees et Val, pour leur demander des comptes sur la vertigineuse dégradation de l'image de la radio publique, intervenue en quelques jours. Mais c'est manifestement moins urgent que de papoter avec Thierry Henry.

Abonnés ou non abonnés, vous pouvez recevoir chaque matin cette chronique dans votre boîte mail. C'est ici.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Le Monde enc...ense Val

et raconte la romance de France Inter

Des "couilles crasseuses" d'Aristophane, aux "yeux de fouine" de Guillon

Nécessité de la caricature, par Céline Candiard, @sinaute

La longue lutte de Dupont-Aignan et des médias

Le possible premier ministre de Le Pen a été moqué et boycotté. Et il a lui-même balancé.

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.