De l'autocritique pour initiés
Le matinaute
Le matinaute
chronique

De l'autocritique pour initiés

Sacré Fottorino ! Le beau coup de pied

, que le directeur du Monde balance à ses prédecesseurs, l'ex-trio Minc-Plenel-Colombani. Et à toute la galerie des ancêtres. Trop proche des socialistes, Le Monde des années 80 ! Avant de flirter de trop près avec Balladur, dans les années 90 ! Et toutes ces campagnes de scoops manipulés ! Pif ! Paf ! Prenez-vous ça dans les dents, indignes aïeux qui avez jeté le journal dans les bras des milliardaires. Evidemment, comme nous le notions hier, l'autocritique de l'actuel patron ne va pas jusqu'à revenir sur ses propres éditoriaux, et à s'interroger sur son propre tropisme sarkoziste des premiers mois. Quand il assurait que "les Français" demandaient à Sarkozy d'être "un président arc-bouté sur son programme de réformes" (18 mars 2008) ou quand il évoquait, lyrique, le rêve de 2007, "d'un pays (...) libéré de ses carcans sociaux, de ses pesanteurs administratives et, pourquoi pas, de ses tabous égalitaristes" (25 avril 2008) . Cette autocritique-là sera pour 2020.

Le plus significatif, et le plus grave, de l'article de Fottorino est ailleurs: dans son refus de citer les noms de ceux qu'il attaque. Pas une fois en effet, il ne nomme ni Minc, ni Colombani, ni Plenel. Les initiés comprendront. Car l'article codé s'adresse uniquement à eux, à la poignée d'élus qui suivent le feuilleton depuis le début, n'ont pas manqué un épisode, et possèdent chez eux, dans la bibliothèque, la collection complète enluminée des turpitudes du Monde, avec les exemplaires collector (appel à voter Mitterrand, campagnes contre Roland Dumas, etc). On ne va tout de même pas s'abaisser à écrire pour les ploucs !

Cet article, fidèle à la grande tradition des homélies du Monde, est parfaitement représentatif de ce journalisme du surplomb et de l'entre-soi, ce journalisme de club anglais à boiseries, que le Web a rendu tragiquement caduc. Car le Web, lui, nomme. Il nomme à tout va. Pour de nobles ou de vulgaires raisons: pour être référencé dans les moteurs de recherche, par passion d'être accessibles, compréhensibles, de gonfler les forums, il nomme, surligne, et multiplie les liens, pour que l'on puisse juger sur pièces. Il faut imaginer un lecteur, saturé de noms et de références, débarquant par une faille spatio-temporelle dans le texte de Fottorino : il a l'impression de se retrouver dans une salle de musée, en dehors des heures d'ouverture. Pas besoin de longues analyses médiologiques : s'il s'obstine à pratiquer ce journalisme d'initiés, l'avenir du Monde est arithmétiquement programmé.

M Monde
Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.