23
Commentaires

De l'autocritique pour initiés

Sacré Fottorino ! Le beau coup de pied

Derniers commentaires

En cette semaine de révocation de Fottorino, alors que je viens de me forcer à écouter jusqu'au bout l'émission de Colombani sur France Culture (la "Rumeur du monde" sic) recevant BHL (re-sic), je trouve que vous auriez pu marquer un peu mieux le départ de Fottorino de la direction du Monde... car je pense qu'on va beaucoup le regretter dans la lutte qui nous attend, jusqu'à 2012 et au-delà, contre les idées sarkozistes et lepénistes http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/12/18/revocation_1455360_3232.html
L'édito de Fottorino m'a fait de la peine pour les journalistes du Monde, mais je vois que ceux-ci se réveillent enfin.
Sacré bilan qu'il nous propose là, cela augure bien mal de l’avenir du Monde.
Ça le démangeait depuis un moment de balancer ses prédécesseurs, ça y est il a consacré tout un éditorial à la chose.
Ou comment se défausser sur les autres quand a soi-même sa part de responsabilité. Quelle lâcheté, si encore son éditorial était bon mais même pas.
Heureusement qu’il nous parle d’ouverture d’esprit, de nuance, de discernement, de ne pas enquêter à charge, de prendre de la hauteur.
Je lis le Monde depuis les années 80, ils ont pu faire des erreurs de choix ou de jugement mais tout n'a pas été négatif. J'ai toujours pensé que seuls ceux qui ne font rien, ne font jamais d'erreurs et que c'est en apprenant de nos erreurs que nous avançons.

Si je suis critique, surtout ces dernières années, c'est que je ne retrouve pas le journal que j'ai connu. C’était pourtant un grand journal, un journal de référence certes mais pas seulement parce qu’on pouvait y lire des avis différents ou une information fiable. On lisait le Monde parce que c’était un lieu où on débattait et parce que sur le plan des enquêtes, de la qualité des informations et des analyses, il avait une longueur d’avance sur tous les autres journaux. Ce n'est malheureusement plus le cas aujourd'hui.

Fottorino nous dit que la seule ligne qui importe désormais est celle de l'horizon, mais son horizon à lui me semble plutôt au niveau des pâquerettes.
Très marrant cette chronique (et en même temps très juste sans doute) !
Attaque ... réponse. Cela va t il continuer ? Nous voilà dans un bien petit monde, plein de hargne, de suffisance qui pratique l'entre soi et prend les lecteurs pour des imbéciles. Au fond que cachent ces attaques réciproques minables dont tout le monde se moque à part l'ego de ces deux illustres directeur ou ancien directeur du quotidien qui fut avant eux "le journal de référence. Pour conclure les anciens lecteurs, qui ont sans doute tout autant qu'eux leur mot à dire, pourraient conclure : n'est pas Beuve Mery qui veut,
Dans un autrefois de disons 5 ans, je payais pour lire Le Monde...
maintenant je survole les titres sur le site en ligne et même gratuitement je ne lis qu'exceptionnellement un article.
Et JE devons être nombreux.
J'aimerais bien savoir leurs"comptes" de lecteurs payants?
Ouais ouais... ça doit faire plus de cinquante-deux ans maintenant que bon an mal an je m'abonne et me désabonne et me réabonne et me désabonne à l'illustre successeur du "Temps". Maintenant que je ressemble à M. Bertin peint par Alain Korkos - heu! par Ingres de Montauban (avec en plus barbe et moustaches), je me dis que quelque chose s'est perdu entre mon geste provocateur de l'année 1958 qui consistait à recevoir le journal de Beuve-Méry en Algérie, sur mon python (hi hi hi) et le dernier tirage mollasson du Fottorino de 2010. Tout ça me fait penser (mais Daniel nous en a parlé) aux clameurs qui ont accompagné le papier d'Angeli des services spéciaux du Canard : ce matin, comme je prenais le train, j'ai acheté l'hebdromadaire (1,20 €) et j'ai vainement cherché une information au-dessus de la signature dudit Angeli. J'ai rien trouvé. Article nul. A chier même du point de vue professionnel. Et on se demande pourquoi nous allons chercher là où ça cause : sur le web plutôt que sur le papier? Français encore un effort. Laissez tomber la presse papier qui ne sert même plus à emballer les sardines sur le port de Saint-Gilles-Croix-de Vie ou, comme dit la chanson, à Lorient !
avec la contribution de "eetu" (merci) : Il faut juste rajouter le "F" du début

http://www.youtube.com/watch?v=aVIqiTHUP6c
Il faut noter que les journalistes de Médiapart, comme Laurent Mauduit ou Antoine Perraud, ou Edwy Plenel lui-même, lorsqu'ils sont amenés à parler de l'ancien Monde (à l'occasion d'une charge contre Alain Minc, par exemple, leur bête noire) parlent toujours du duo Minc-Colombani. Il n'y a jamais eu pour eux de trio, c'est une invention de Péan et Cohen.
D'après eux, Plenel était là pour freiner des 4 fers la dérive financière du Monde (même quand il appelait à introduire le Monde en bourse ?)
Et ce n'est pas le témoignage de celui qui était sans doute le plus proche de Plenel à l'époque, Alain Rollat, lequel Alain Rollat a œuvré pour que la Société des rédacteurs et le Syndicat des journalistes CGT se mettent au service des ambitions de Colombani et Plenel, qui y change quelque chose.
Le déni les conduit à faire comme ça se pratiquait du temps de l'URSS stalinienne : faire disparaître les personnages gênants des photos, même les plus officielles.
Finalement, avec Fottorino, le Monde est dans la continuité de la fuite en avant. Et c'est l'angoisse de la catastrophe à venir qui conduit ses dirigeants à rechercher qui sera le mieux à même de porter le chapeau.
Bien d'accord ,et en même temps, s'il n' y avait pas le journalisme type photorinesque , il n' y aurait pas non plus de journalisme arrêt sur photorino.
Vous êtes en synergie avec ce style de journalime , comme D.Porte avoue sans complexe que Sarkozy est une bénédiction pour le métier de comique.
Après tout,qu'importe le Monde et ce qu'il est devenu...On a ASI ,Mediapart et quelques autres!
D'après ce que j'ai lu quelque part au sujet de Fottorino (leryngolo?) et de ses passions, à défaut d'autocritique, on aurait pu s'attendre au moins à une vélocritique.
Le Monde, suite... Plantu censuré ?
http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=9545
Fottorino, c'est rosse !
"Auto" critique... ?

Plutôt critique de tous les autres, à l'exception de lui même...
M. Fottorino a la grosse tête.
Autocritique pour initiés pour lecteurs qui se pensent initiés... Le Monde ne se sent pas le devoir de faire des éditos limpides pour le grand public puisqu'il y a bien longtemps qu'ils ont perdu la volonté de faire un journal pour les lecteurs. On fait un produit pour celui qui paye, ici c'est Niels-Bergé-Pigasse, pas le lecteur. Fottorino peut donc taper sur les anciens pour mettre en valeur les nouveaux rois, ils mettent 100 millions sur la table, c'est bien la moindre des choses.

Un petit monde qui disparaît lentement (trop lentement) et qui ne serait plus là sans les aides de l'état

Comme disait Choron: "qu'ils crèvent"
Oui, tres bon papier.A dire vrai , j'ai été assez outré de cet éditorial d'Eric Fottorino.La pertinence du propos aurait été sans doute accrue, si durant cette période la voix raisonnable et salvatrice de l'actuel directeur du Monde s'était élevée avec force et maestria. Sauf si ma mémoire fait défaut, il ne me semble pas que ce fut le cas.Ce coup de pied de l'ane, qui vise à faire porter la mutation capitalistique du journal à ses prédécesseurs est somme toute assez classique.Mais comme toutes les diversions qui visent à faire porter le chapeau à d'autres, sans possibilité de répliquer, elle me parait assez mal venue.
Bon papier. Daniel. Si je vous comprends bien, vous militez pour le droit à l'information égalitaire en quelque sorte ou peut-être au droit égalitaire à l'information, ou encore au droit pour tous d'avoir le décodeur pour comprendre entre les lignes ou encore au devoir pour tous les journalistes d'écrire pour être compris de tous ?

http://anthropia.blogg.org
Roooiiiirk !
Bravo pour le "[quote=journalisme du surplomb et de l'entre-soi, ce journalisme de club anglais à boiseries, que le Web a rendu tragiquement caduc]
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.