Comment j'ai aidé DSK
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Comment j'ai aidé DSK

Vous ne pouvez pas savoir ce qui m'arrive. L'existence de matinaute est pleine de surprises. Je raccroche à peine d'un appel étonnant. J'étais sur le point d'attaquer mon billet matinal, quand le téléphone a sonné. Je vous raconte.

"-Bonjour, Untel, de l'agence ExTrême. Je fais partie de l'équipe de communication secrète de DSK.

-Ah.

-Vous savez que Dominique est à Paris ce week-end ?

-En effet, l'information est parvenue jusqu'à moi.

-Son équipe officielle lui a préparé un programme, Le Parisien pour la proximité avec le peuple, France 2 pour l'attachement au service public, etc etc.

-En effet. L'annonce de ces prestations occupe une certaine place.

-Pff ! Tous dupes. Je vais vous dire, Daniel: ce sont des leurres.

-Des leurres ?

-Mais oui. Le vrai signe fort que DSK va adresser aux Français ce week-end, personne n'en a encore parlé.

-Et vous allez me donner le scoop ?

-Oui, enfin, c'est à dire. J'aimerais que nous y réfléchissions ensemble".

Le communicant officieux semblait embarrassé.

"-Evidemment, ses sondages sont éblouissants. Toutefois, en regardant les données brutes, nous nous sommes aperçus qu'il avait une...certaine faiblesse du côté des internautes de gauche, mais vraiment de gauche. Il reste un noyau dur, qui met encore en doute son appartenance à la gauche. Il faudrait qu'il fasse signe vers la gauche. Mais quelque chose d'indiscutable, de radical. Alors, comme vous êtes spécialiste des images, nous avons pensé vous soumettre quelques idées.

-Vous me voyez flatté !

-Nous alignons quelques propositions fortes. Il pourrait aller manger un jambon beurre dans un bistrot du quartier latin, avec une nappe à carreaux. C'est de gauche, ça, non ?

-Bof. De moins en moins. Il y a vingt ans, je ne dis pas...

-Nous avons aussi quelque chose d'encore plus radical. Un couscous avec Mélenchon rue Oberkampf, dans le 11e ? C'est radical, le couscous, non ? Et en plein 11e, le Paris ouvrier !

-Ce serait parfait, mais je doute que Mélenchon...

-Quel est le film de gauche qu'il pourrait aller voir, avec Anne ?

-Le film qui cartonne en ce moment, c'est Le discours d'un roi, une histoire de roi bègue. Mais bon, c'est un roi. Pas terrible, pour un signe de gauche. Il y a aussi le film de Dany Boon, mais il a dû se défendre d'être un ami de Sarkozy. Pas terrible non plus".

Je sentais, au téléphone, croître la nervosité de mon interlocuteur.

"-Une manif ? Il va bien y avoir quelques manifs pour la Tunisie et l'Egypte ?

-Non, c'est fini. Je peux vérifier s'il n'y a pas un rassemblement de soutien aux révoltés de Bahrein..."

J'ai senti le communicant se fermer. DSK au premier rang d'une manif de soutien aux révoltés de Bahrein, il ne le sentait pas. C'est alors que m'est venue l'illumination:

-Aujourd'hui vendredi, cher Monsieur, nous tournons notre émission de la semaine. Elle sera consacrée à l'Islande, vous savez, ce pays qui a laissé les banques faire faillite et où les citoyens, par référendum, ont refusé d'indemniser la Grande Bretagne qui les avait indemnisées. Beaucoup de nos abonnés s'étonnent du silence des médias sur cette affaire islandaise. Notre plateau est déjà prêt, mais si DSK souhaite venir, pour déclarer son admiration et sa solidarité pour le peuple islandais, c'est avec plaisir que nous nous serrerons pour lui faire une place."

Cette proposition manifestement inattendue a été accueillie par un grand silence. Après quelques mots polis, mon interlocuteur a rapidement raccroché, en promettant de me rappeler. Je vous tiens au courant.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.