Cheops et ses mystères
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Cheops et ses mystères

L'inconvénient des guerres, c'est qu'il arrive que rien ne s'y passe comme prévu.

A la mi-journée d'hier, le ministère de l'Intérieur, aussitôt relayé par les tam-tams de l'info continue, annonce l'arrestation à Orly de trois djihadistes, retour de Syrie (dont le mari de Souad Merah soeur de Mohammed Merah, et bien connue des télespectateurs). Puis, silence toute l'après-midi. Avant qu'on apprenne dans la soirée que le trio, en fait, a atterri sans encombre à Marseille, à sa grande surprise, et s'apprête à gagner Toulouse, en faisant dire par ses avocats qu'ils se tiennent bien volontiers à la disposition de la police française, si elle souhaite les interroger sur leur séjour de quelques mois en Syrie. Les causes du cafouillage ? Le Monde raconte cette "incroyable vraie-fausse arrestation" dans un papier circonstancié : le pilote du vol Istanbul-Paris ayant refusé de les embarquer, ils ont finalement emprunté un vol pour Marseille, sans que la police turque pense à prévenir la police française.

Un papier circonstancié où ne manque qu'un détail : si le trio de déçus du djihad a pu débarquer à Marseille, c'est en raison d'une panne nationale du logiciel Cheops, censé centraliser (parmi de multiples autres fichiers) l'information sur les djihadistes français. Tout à sa guerre contre le djihad, Cazeneuve a donc dégainé trop tôt son communiqué triomphant. Puis, ayant sans doute épuisé ses capacités d'éloquence, il a ensuite été bien moins disert, sur les causes du cafouillage (le communiqué de fiasco ne fait aucune allusion à la panne de Cheops).

Cheops ou pas, nous sommes donc en guerre contre les djihadistes. Le gouvernement, qui est poli à défaut de maitiriser la chose informatique, devait s'en expliquer dans la journée à l'Assemblée. La France bombarde les djihadistes en Irak. Très bien. La France doit-elle aussi, comme les Etats-Unis, bombarder les djihadistes en Syrie ? Juppé le propose. Mais l'opération se heurte à un léger obstacle : la Syrie est dotée d'un gouvernement. Dont on pense ce qu'on veut, mais qui est légal. Et auquel, avant toute opération, il faudrait peut-être demander son autorisation. Ou pas. On ne sait pas très bien. Hier, Assad était notre ami. Puis, il est devenu un monstre infréquentable. Et aujourd'hui, docteur ? Obama lui-même ne sait pas très bien : si l'on comprend bien, les Etats-Unis se sont bien gardés de prévenir la Syrie, tout en l'avertissant tout de même. Ou l'inverse. Ce qui est certain, c'est qu'ils s'efforcent de donner une base légale aux bombardements, signe qu'ils en doutent, comme le souligne The Guardian. Cette guerre est-elle légale ? Vaste question. Si vaste que la presse française, elle, se garde bien de la poser. Il est vrai que l'efficience de Cheops est un sujet plus vendeur.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.