Joel Domenjoud, écolo assigné à résidence : "Si je sors de ma commune, je risque au moins 6 mois de prison"
interview

Joel Domenjoud, écolo assigné à résidence : "Si je sors de ma commune, je risque au moins 6 mois de prison"

Réservé à nos abonné.e.s
Il habite à quelques centaines de mètres de Paris, mais l'Etat français lui interdit de venir sur notre plateau : Joël Domenjoud n'a pas le droit de sortir de sa commune, Malakoff (92), jusqu'à la fin du sommet de l'ONU sur le climat. Cet écologiste de 33 ans est assigné à résidence depuis le 26 novembre, comme 25 autres militants écolos français. Entre deux pointages au commissariat, il nous raconte sa retraite forcée, et nous livre son point de vue sur la manière dont les médias racontent l'état d'urgence.

François Hollande l'assurait, le 28 novembre : il a donné "des instructions pour qu'il n'y ait pas d'assignations à résidence d'activistes liés à la COP". Manifestement, son ministre de l'Intérieur ne l'a pas entendu, ou trop tard : avant que le chef de l’État ne donne ces "instructions", Bernard Cazeneuve avait eu le temps de faire assigner vingt-six militants en lien avec la COP21.

Joël Domenjoud, membre de l'équipe juridique de la Coalition climat, en fait partie. Assigné à résidence depuis le 26 novembre, il a obligation de rester dans sa commune de Malakoff, au sud de Paris (à quelques minutes à pied de Paris), jusqu'au 12 d&eac...

Il vous reste 92% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.