Bigard bourre les vérités officielles sur le 11 Septembre
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Bigard bourre les vérités officielles sur le 11 Septembre





Alerte rouge ! Bigard débarque à Ground Zero !

Bigard arrive sur le théâtre du 11 septembre, et considère à son tour qu'aucun avion ne s'est écrasé sur le Pentagone. Comment donc ? Bigard soi-même ? Bigard le géopoliticien, l'enquêteur, l'historien, le détenteur des archives secrètes de la CIA, et du Mossad ? Celui-là même. Après Piaf-Cotillard, Bigard et son slip sont un renfort de poids. La vérité est en marche. Réservez les couvertures, ressortez les dossiers, c'est du lourd ! Bigard bourre la vérité officielle.

"Pourquoi, mais pourquoi donc, la presse est-elle si discrète sur les déclarations de Bigard sur Europe 1 ? " s'interroge douloureusement Jean-Marcel Bouguereau, du Nouvel Obs. Et de soulever cette insupportable hypothèse: ne serait-ce pas, par hasard, parce que Bigard est un copain de Sarkozy ? Cette question ébranle manifestement le responsable de la revue de presse d'Inter, qui choisit à son tour de bourrer sa revue de presse avec cette question de Bouguereau (et en ouverture, s'il vous plait). Providentiel Bouguereau, qui permet à France Inter de traiter le sujet, sans avoir l'air d'emboîter le pas à l'inspecteur Bigard (vous suivez la manœuvre ?)

Qui décide qu'une guerre ne connaitra jamais de fin ? Il faudrait, pour répondre exactement (et si l'on en avait le courage), retracer le chemin des phrases de Bigard, du micro d'Europe 1 aux sites de presse en ligne, pour arriver (ce mardi 9 septembre) à une double page du Parisien. En l'occurence, les "complotistes" patentés, les fans de "Loose change" s'avouent eux-mêmes dépassés par ce renfort inattendu. En ouvrant, en avril dernier, notre inévitable dossier 11 septembre, nous l'avons appelé "guerre sans fin de l'information". Et il est vrai que cette guerre, sept ans après, semble sans fin. Que les journalistes le souhaitent ou non, d'ailleurs. Il est fini, le temps où ils décidaient si l'événement-Bigard-chez-Ruquier est important ou non, avec quels nouveaux éléments éventuels nourrir le dossier, et lesquels occulter, ou passer charitablement sous silence. Ce temps est fini, pour le meilleur et pour le pire.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.