Askolovitch, étoile montante de Lagardère
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Askolovitch, étoile montante de Lagardère

Pan sur les socialistes, et bravo Sarkozy : les deux premiers jours du nouvel éditorialiste d'Europe 1

Le charme des rentrées,

c'est que l'on y découvre de nouveaux talents, de nouvelles voix entonnant les vieilles ritournelles. L'hypermédiatisation de la Ferrari de TF1 a injustement masqué une autre ascension au firmament, celle de Claude Askolovitch, ci-devant journaliste à L'Obs, omniprésent des talk-shows télé, et depuis cette semaine, nouvel astre scintillant de la galaxie Lagardère : rédacteur en chef du Journal du dimanche, et chargé de l'éditorial politique d'Europe 1, chaque matin à 7 heures 50.

Adoncques, hier matin Askolovitch inaugurait ses fonctions radiophoniques par un dézinguage en règle des socialistes français : vieux, ringards, sentant le rance, rien à voir avec la jeunesse et la nouveauté triomphantes d'un Obama ! Ayant ainsi pris ses marques et posé sa voix, l'artiste pouvait se lancer, pour sa deuxième chanson, dans un sujet peu exploré et audacieux : Nicolas Sarkozy. Et plus précisément, vous savez lequel ? Le Sarkozy transformé par les dix morts d'Afghanistan, celui que la cérémonie des Invalides a fait apparaître "travaillé par ce changement", prenant enfin la dimension, comme disait l'autre soliste Mikaël Darmon sur la scène de France 2, du "lourd manteau de la responsabilité suprême".

La preuve de ce changement de dimension, selon Askolovitch: en plein discours des Invalides, Sarkozy "s'est mis à parler de lui", ce qui constitue en effet une nouveauté radicale -même si Asko concède que ledit Sarkozy "est un peu autocentré." D'ailleurs, il n'a pas échappé à Askolovitch que, rendant hommage aux victimes d'un massacre nazi dans un village d'Indre-et-Loire, Maillé, Sarkozy n'a pas hésité assimiler nazisme et talibans. Et de se demander gravement: "va-t-il systématiser ce discours ?" Car, conclut-il, "on doit prendre Sarkozy au sérieux". Pas de souci, Askolovitch est là pour ça, avec bien des chansons dans sa musette.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.