11 Septembre, feuilleton fatigué ?
Le matinaute
Le matinaute
chronique

11 Septembre, feuilleton fatigué ?

Et un de plus ! Après Bigard, après Marion Cotillard, c'est un nouveau pipeul, Mathieu Kassovitz
Kassowitz
, qui prête son visage bouleversant de sincérité et d'incrédulitude à la "mise en doute de la version officielle sur les attentats du 11 Septembre." Cela se passe sur France 3, dans l'émission de Taddei. Effroi dans le landernau. Un éminent spécialiste de la télévision, François Jost, s'effare que Kassovitz ait pu parler "sans la moindre contradiction". Un non moins éminent journaliste-médias, Renaud Revel, de L'Express, accuse Taddei de l'avoir "laissé dire". Est-ce une nouvelle affaire Meyssan-Ardisson qui commence ? (Pour nos jeunes @sinautes, le paléo-animateur Thierry Ardisson avait jadis offert une demi-heure d'émission sur France 2 à un écrivain assurant qu'aucun Boeing ne s'était crashé sur le Pentagone le 11 Septembre 2001).

Mais Taddei n'est pas Ardisson. Et ses accusateurs n'ont sans doute regardé que l'extrait de l'émission posté sur Dailymotion. S'il laisse parler Kassovitz, c'est pour mieux le laisser déchiqueter ensuite posément, gentiment, avec compassion (on est en famille) par le reste du plateau. L'écrivain Hélène Cixous s'étonne tranquillement de l'impunité dont bénéficient les plus gros bobards complotistes anti-américains (Kasso : non non non, chuis pas complotiste). Tout aussi tranquillement, Ismaïl Kadaré raconte comment une vie entière sous la dictature albanaise l'a définitivement immunisé contre les énormités de la propagande anti-américaine (Kasso ne répond rien. Pas révisé le Wikipedia sur l'Albanie, sans doute). Seul l'autre pipeul présent, Marin Karmitz, fonce dans la muleta, et remporte le point Godwin, en assimilant Kassovitz aux négationnistes (véhémente protestation de Kasso : faut pas tout mélanger, Auschwitz, c'est prouvé, tandis que New York, c'est pas prouvé).

Effroi, donc, et reprise du débat, exactement dans les mêmes termes depuis que nos avons ouvert notre dossier, et même depuis Meyssan : fautil, fautilpas, inviter Kasso et les autres à la télé ? Etrange question. Bien sûr, qu'il faut les inviter. Et les faire parler, et parler encore. Et les accompagner, en leur tenant la main, dans l'exploration des ultimes conséquences du scénario qu'ils ébauchent, sans oser se les formuler à eux-mêmes (j'avais tenté de le faire, dans l'émission que nous avions consacrée à Loose change). Voilà ce qu' ilfaut faire, pour peu que l'on en ait l'envie, et l'énergie, bien entendu. Quelque chose me dit que le ressort dramatique se fatigue. On verra bien. En dessous de 500 messages sous la présente chronique, on considérera que le feuilleton est en perte de vitesse.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.