La postérité des vieux chênes
Le jeu des 7 erreurs
Le jeu des 7 erreurs
chronique

La postérité des vieux chênes

Réservé à nos abonné.e.s
A l'occasion de la mort de Claude Levi-Strauss, nous republions cette chronique de David Abiker, publiée sur notre site le 12 mai 2008.

Le clair obscur enterre le corps par le jeu d'un costume couleur de nuit, d'où ne ressort qu'un point rouge chargé d'honneurs au revers de la veste.

Levi-Strauss a cent ans, mais pose encore.


C'est une photo parue dans le Figaro magazine, il y a 15 jours. Elle célèbre autant Levi-Strauss que sa longévité temporelle et spirituelle. Elle m'a plu car il sommeille en elle une drôlerie, une ironie. Celle que l'homme peut ressentir vis-à-vis de lui-même et de ce bas monde au soir de sa vie ? Celle du photographe qui cherchait peut-être un demi-sourire? Et qui n'a obtenu qu'une grimace.


Ironie également parce que l'auteur de Tristes Tropiques ressemble ici à l'u...

Il vous reste 70% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

L'hommage unanime à Lévi-Strauss évacue ses critiques contre l'islam

Des citations dérangeantes de Tristes Tropiques n'apparaissent guère dans les nécros. Comment les interpréter aujourd'hui ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.