La "France qui souffre" ou la France qui fantasme ?
Sur le bout de la langue
Sur le bout de la langue
chronique

La "France qui souffre" ou la France qui fantasme ?

Clichés et intuitions relatifs aux résultats du FN

Réservé à nos abonné.e.s

Il va donc falloir faire avec cette France-là, qui vote Le Pen à 17,9% au premier tour de la présidentielle. "Faire avec" : pour les médias et les politiques, c’est d’abord être capable de la nommer, de la qualifier – c’est-à-dire de la "juger", car si "percevoir, c’est juger" (Descartes), dire ce que l’on perçoit est forcément prononcer un jugement.


Sophia Aram
Et l’on sent déjà l’embarras des parleurs professionnels, puisqu’il est admis à peu près partout qu’il ne faut pas "juger" le peuple qui vote, et surtout pas celui qui vote FN – ce serait le culpabiliser, le stigmatiser, mépriser ses rais...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.