la Causette et la Semeuse
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

la Causette et la Semeuse

Réservé à nos abonné.e.s
causette-01
84
84 commentaires
Remonter en haut de fil
Commentaires

la Causette et la Semeuse

Derniers commentaires

Voilà un magazine que je ne suis pas près d'acheter. Soit, je suis une femme et alors ? Je ne suis pas capable de comprendre les articles publiés dans des journaux "sérieux" ? Il faudrait qu'on m'explique l'actualité dans un language "femme" ?

Féminisme, mon c... !
Je suis peut être naïve ou bien mes références inconscientes ne sont pas les mêmes, mais je ne reconnais pas sur l'affiche du salon de l'Internet une semeuse, soufflant des pompons au vent...
Pas du tout.
J'y reconnais le geste d'un baiser qu'on souffle.
Vous savez bien, ces baisers qu'on se fait au bout des doigts avant de les souffler sur le plat de la main pour les expédier (par la voie mystérieuse des airs) au destinataire qui est un peu loin. (s'il était tout prêt, on l'embrasserait tout court!!!)
On les fait en se retournant, déjà assis en voiture, ou de loin sur la route ou encore par web-cam interposée...
Par web-cam interposée... Et oui!!!
Tous ces petits @ qui s'envolent, sont comme ces baisers là!!!!

Allez, je vous en envoie un aussi (@ chacun de ceux qui liront ceci, bien sûr)
trop fort " les disparus de la guerre des étoiles" j'ai deja envoyé des liens partout, pour faire halluciner.
J'ai toujours trouvé peu élégant, ce bonnet de schtroumpf que porte Marianne et par extension, la Semeuse... :o)

Je sais bien que c'est le symbole de l'esprit révolutionnaire.
La semeuse me fait aussi penser à un bas-relief grec une ménade (compagne de Dionysos)
[quote=Peut-être la Semeuse de Roty fut-elle inspirée par les toiles de Millet qui peignit son Semeur]

Eh bien non, la semeuse était une jeune italienne qui posa pour Oscar Roty
ZUT encore une chronique que je lis trop tard
tant pis je met quand même mon grain de sel
ah, Alain, je viens de découvrir votre site à vous: super, quel beau métier que vous avez là!!!!!

Quelques mots sur la UNE de CAUSETTE que je découvre
et franchement, je la trouve vraiment bien foutue, du bon boulot quoi!
je suis très sérieux
racoleur, peut-être, mais de manière intelligente (au service de quoi, j'en sais rien je n'ai pas lu cette revue)
D'abord le titre de la revue est vraiment bien trouvé: la gazette de Cosette qui servira à faire la causette
des double sens, un esprit à gauche, légèrement rétro. gauche vintage reliftée juste ce qu'il faut.
Puis ce remake de Caron.
on a presque l'impression que c'est la VRAI photo
celle que Caron aurait voulu faire
face au discours: le corps
voilà la vraie philosophie de 68
cela me rappelle une anecdote racontée par Peter Sloterdijk
une de ses étudiantes qui, ne pouvant lui donner la réplique
lui a montré sa poitrine
il n'y a rien à dire devant des seins
c'est la vie contre le langage
la vie contre la causette
bon, alors évidemment, on n'y crois pas
tout est faux ici
mais on le sait, on rejoue les formes, brillamment
ce n'est pas la faute aux graphistes
si nous n'avons plus de rêve politique


meci Alain pour cette chronique N-I-C-K-E-L
si c'est une question sur la photo, j'avoue avoir du mal à saisir le message de la photo de couv' de Causette ;
se pourrait-il qu'il soit, "regardez CRSSSSSSSSS, mon arme face à vous c'est ma poitrine" ????
si c'est le cas, j'attends avec impatience la couv' d'un magazine "masculin", avec un homme, sexe dressé signifiant : "voyez CRSSSSSSSS, mon arme face à vos matraques c'est mon phallus"
why not !

si c'est une enquête sur l'attente pour les articles des nouveaux magazines féminins :
- à quand le reportage sur nos charmants stagiaires qui nous accueillent chaque matin sourire radieux aux lèvres et petit café fumant à la main...
- à quand le reportage sur les jolis petits culs pommelés de nos délicieux collègues qui passent toute la journée devant la porte de notre bureau et sur lesquels on ne peut s'empêcher de déposer une petite tape, toute amicale évidemment......
- à quand le reportage sur le rééquilibrage des salaires car nous avons conscience nous les femmes d'une certaine injustice vis à vis de nos collègues masculins qui à diplôme égal gagnent toujours moins que nous pffffffff............
bref tous ces sujets qui nous (pré)occupent chaque matin en allant bosser....

euhhhh.......année de parution de ce nouveau journal féminin : 4009....... faudra sûrement encore 2000 ans pour l'écrire et le sortir.....


si c'est un jeu, je dirais que la différence avec la presse existante ce sont les seins : dans la presse d'avant Causette ils sont en silicone et "photoshopés" sur la couv'........ j'ai gagné ???


et si c'est du sérieux et que la photo a simplement pour intention de faire lien avec mai 68, il aurait sans doute été bienvenu qu'ils fassent au moins un reportage à l'intérieur sur le Planning Familial, né un an avant, en 1967 et en grand danger en ce moment avec la politique de Santé du gouvernement actuel, et le trio Boutin-Gaino-Mignon au gouvernement http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/societe/20090127.OBS1810/le_planning_familial_lance_une_petition_contre_la_baiss.html

et avec Le Planning Familial ce sont les Droits des Femmes en général qui sont en danger.........
Je crois que l'entrée de la Sorbonne a été incrustée: Elle "penche" sérieusement vers la droite, alors que la photo est droite. Les personnages de second plan sont parfaitement horizontaux, en particulier la direction de leurs regards.
RÉPONSES EN VRAC


Ah que la discussion est intéressante ! Ça prouve au moins que je n'ai pas raté mon coup en choisissant ce sujet (on se rassure comme on peut !)
Je ne vais pas répondre à tous les points qui le mériteraient, désolé, je n'en suis qu'à mon premier café du matin et mes maigres facultés mentales sont encore un peu chiffonnées.

1. Cette photo est une parodie. Par conséquent, ce sont des gens qui ont posé pour recréer la photo de Gilles Caron. Y a-t-il eu également un montage Photoshop ? Je suis incapable de le dire. Un bon montage ne se détecte pas.

2. J'aurais pu parler du contenu du magazine. La tentation fut grande, puisque j'aurais pu évoquer des articles qui allaient dans le sens de mon analyse (légère, partiale et obsédée, paraît-il). Je veux parler de l'article sur les seins, de celui qui nous montre un acteur noir à poil ou presque sous toutes les coutures (Jacky Ido), ou de cet autre qui parle d'une machine vibromasseuse. Mais mon ambition ici est de parler des images. J'aurais pu me consacrer sur celles de l'acteur, mais il fallait faire un choix et celui de la couverture m'a paru plus intéressant.

3. Le fait qu'il n'y ait qu'une page et demie de pub dans ce magazine n'est pas forcément un acte revendiqué. Un nouveau canard, lancé par une petite structure, a du mal à trouver des annonceurs. Sans pubs, pas de magazine. On verra ce qu'il en sera dans le n°2…

4. Quand j'ai dit à 100hp : « C'est marrant, vous réfutez ma pique "il faut bien vendre" comme si vous étiez le rédac-chef de ce magazine » je n'ai pas pensé une seconde que je m'adressais audit rédac-chef planqué sous un pseudo. Mais le fait est qu'il aurait utilisé les mêmes aruguments.

5. Que je fasse une émission sur le cinéma, comme le suggère Jean-Yves C. ? Ah bein oui je veux bien, moi ! Faut que j'en cause au chef ! Quant à la réfutation de mon analyse à propos de Mucha, je pourrais me défendre, argumenter, mais ça serait long, il faudrait montrer des tas d'images en guise de preuves et de contre-preuves. Intéressant à faire, mais boudiou, que de travail et on est dimanche matin. Bon allez, courage, levons-nous et dirigeons-nous vers la cafetière…
Cette transformation de Cohn-Bendit en femme m’a fait penser aux mamelles de Tirésias,
sauf que le premier, contrairement au second, n’a rien d’un devin. En effet Cohn-Bendit avait repris sur son tee-shirt, en 2008, le drapeau que Reporters sans Frontières s’était donné du mal à déplier pour dénoncer le mépris des droits de l’homme en Chine, mais il n’y a pas participé, dans la rue, à son installation. Et puis c’est tellement plus difficile aujourd’hui de tenir un brin de causette et de jouer les figurants sur les plateaux de télévision de divertissements…
http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CSearchZ.aspx?o=&Total=500&FP=12027116&E=2K1KTS6M61QAM&SID=2K1KTS6M61QAM&New=T&Pic=424&SubE=2C6NU0X49T6O
Encore une occasion de plus de montrer des nichons à la une !!! C'est ça être une femme ? Moi je croyais que c'était jongler entre un boulot où on gagne 30 % qu'un homme, les mômes, les tâches ménagères, tout en devant soigner les apparences ... Après on peut faire des comparaisons en termes d'image, cette photo est racoleuse et nivelle vers le bas l'image de la femme ...
@ M. Korkos,
Merci pour ce nouvel exposé très intéressant.
Je goûte fort vos billets, et vous sais gré pour la curiosité - immense - dont vous faites preuve, sans a priori, ni préjugés, ni ostracisme aucun, dans le choix des thèmes que vous abordez, souvent peu connus et peu communiqués au public. J'ai beaucoup appris grâce à vous, comme ce terme de paléo-futurisme, pour une forme de représentation bien repérable, mais sur laquelle j'aurais été incapable de mettre un nom, ou comme le travail de plusieurs photographes africains dont les oeuvres m'ont émerveillé.
Je regrette cependant - ponctuellement - des rapprochements d'oeuvres un peu audacieux, et ce qui vous présentez comme relevant d'une filiation, n'est à mon sens parfois que du cousinage. Je prends pour exemple - un peu daté - l'affiche du "Divine Idylle tour" que vous avez montrée au début d'une émission en expliquant qu'elle dérivait d'une affiche d'Alfons Mucha : il me semble ici que l'affiche contemporaine utilise un vocabulaire Art Nouveau mais ne s'inspire pas d'une affiche précise de Mucha (ce serait le cas seulement si l'on pouvait être sûr que le concepteur de l'affiche contemporaine possédait ou connaissait une reproduction de l'affiche de Mucha que vous avez produite).
Quoi qu'il en soit, j'en viens à l'objet réel de mon commentaire. Vu le succès qu'a rencontré la nouvelle émission d'asi "Dans le texte", et la réussite qu'elle constitue, à quand une émission sur le cinéma présentée par vous ? Quand j'étais petit, j'adorais "La séquence du spectateur", et je regrette qu'elle ait disparu, que personne ne l'ait tirée des limbes où elle végète. Pourquoi donc n'animeriez-vous pas une nouvelle émission, où vous prendriez le temps d'analyser des extraits de film ? Après avoir situé le film - actuel ou passé - que vous auriez choisi, donné le contexte dans lequel il est sorti, fourni quelques anecdotes sur sa genèse, vous pourriez diffuser des extraits et avec chroniqueurs et invités, procéder à leur analyse, analyser le jeu des acteurs, la lumière et la photos choisies, la composition des plans, l'enchaînement des séquences, le rôle d'une scène dans le film ou sa résonance dans l'histoire du cinéma, etc. Le tout avec le vocabulaire de spécialiste adéquat, superbement déco-réalisé par M. Rose, avec un canapé et une musique de générique sympa un peu jazzy.
Merci de votre attention, désolé si vous me trouvez un peu pressant, c'est l'enthousiasme et bonne continuation !
Vous n'aimez pas les CRS (peu enclins à l'humour) Alain ?

Allez donc lire ceci, vous verrez que nous sommes deux et j'espère beaucoup plus !

Sur le fil de "Welcome" qui s'interroge sur la police...

***
[quote=le patron du journal] on veut simplement divertir .... un bon moment.

C'est du cynisme, de l'humour, le syndrome du gestionnaire? Je ne comprends pas comment ce monsieur ne percute pas sur l'inadéquation de ces paroles, vendeuses comme une paire de seins, et les titres des articles qui figurent dans le premier numéro...
Je suis d'accord qu'il y a un créneau de journal féminin sans horoscopes ni crèmes magiques, encore que je ne suis pas certaine que ça se vendrait.

Si Cosette est fait exprès, expliquez-moi, car ce personnage n'a pas vocation à représenter un genre de féminisme. C'est plutôt un renvoi à la "cause" des femmes et à "causerie" que je vois dans ce mot inventé causette.
J'aime bien la chronique comme tous les samedis, je ne le dis pas toutes les semaines, mais je vote. Merci pour les 3 bonus. C'est la fête ce samedi.

Une idée pas folichonne me traverse l'esprit : Cohn Bendit qu'est-ce qu'il aurait dû montrer pour se le "réapproprier " ?

C'est vrai que dans l'art nous sont offerts [s]trop[/s] très souvent des seins, que ç'en est devenu un "objet" trop commun. A l'heure actuelle dans la vie de tous les jours et depuis quelques années déjà, il est de bon ton de montrer ses seins, pas en entier, faut pas rêver, je n'avais jamais pensé que ces dames qui le font, poussées par la mode des grands décolletés, ont un un furieux besoin de se les rapproprier. Je pense plutôt que par un excès de générosité, elles nous les offrent en pâture.

Et le nombril dans toussa ? avec son joli percing ! C'est joli aussi avec le pantalon taille encore plus basse que celle du slip .... Non ? ou un joli tatouage plein placé ?

Je pense à une précédente chronique d'Alain où un sein, et un nombril furent effacés sur une peinturlure.

Je digresse, je divague, je m'amuse, mais en même temps je donne des idées pour le n° 2 de Causette. ;o))
Du 20 au 22 mars 2009 se tiendra, au parc des expositions de la porte de Versailles à Paris, le premier Salon de l'Internet
C'est nul! Pourquoi le faire à la porte de versailles? Organiser tout ça en ligne aurait beaucoup plus de classe (:
Très bons comme d'habitude. (les commentaires et l'article)
Merci encore Alain!
Mais pas de mot sur le fait que cette célèbre semeuse sème, de façon très esthétique mais contre toute logique CONTRE le vent ? :-)
L'aimable lecteur vous remercie.
J'aimerais dire que la remarque "il faut bien vendre" qui commente la photographie de la couverture me semble hors sujet !

De toutes évidences, il s'agit d'une femme qui utilise ses seins pour créer une atmosphère bonne enfant, dans un climat tendu. Sur son visage, on voit clairement une expression faciale qui montre qu'elle adresse sa provocation "bonne enfant" au CRS, au représentant de l'autorité. C'est donc une mise en scène dans laquelle les seins jouent un rôle qui n'est pas celui que lui attribue banalement la vision érotique, sexuelle, de la chose.

Il me semble donc qu'il s'agit d'une femme maître d'elle-même, qui use de son corps en parfaite harmonie avec sa pensée, et non d'une simple pair de seins montrés pour faire plaisir au lecteur. J'espère que ce dernier sera touché comme moi par cette "prise en main" par la femme de ses attributs (finalement, de son corps, non ?), qui projette très loin de la sexualité le thème de cette photographie, quoi que vous en disiez.

Bien évidemment, je n'apprend rien à personne en disant tout cela. Mais... je vous invite à relire Dostoievski et sa critique de l'idée (Crime et châtiment). Car en donnant cette idée de lecture ("il faut bien vendre") vous imposez une logique à l'action supposée de la photographie, la logique de la vision sexuelle de cette photographie, ça capacité à attirer l'œil et à créer la vente. Voudriez vous, Monsieur Korkos, précisez au lecteur qu'il peut ne pas partager votre logique d'obsédé (c'est une pique amicale ;-) et préférer la mienne, dans laquelle votre idée ("il faut bien vendre") n'a plus aucune raison d'être. On peut aussi être attiré au premier regard par une femme qui enfin n'essaye pas de faire de son corps une carte d'identité bis.

Une femme libre dans sa tête et par rapport à son corps, ça fait rêver...

Pas de préjugé inutile, svp ;-)

Cordialement.
Raaah ! Mon chamboulle-cervelle du samedi, j'adore !!!
Je remarque que toutes les "semeuses", jusqu'à celle de Larousse (Je sème à tout vent était le slogan si je me souviens bien) sont tournées vers la gauche, celles du Larousse vers la droite.... Peut-être pas de signification subliminale car dans le sens de l'ouverture du livre, mais.... Cependant, je crois me souvenir que sur les timbres-poste (et peut-être sur d'autres documents républicains) la tête de la semeuse (ou Marianne) est tournée vers la gauche, sous un régime de gauche et à droite, quand c'est la droite qui est au pouvoir. Actuellement, elle regarde à droite....
Sur les photos du début, la Cosette et Dany le Rouge sont plutôt axées vers la gauche, ce nouveau journal est-il de cette obédience ?
"Il existe une autre photo culte de Mai 68, c'est la Marianne de la rue Gay-Lussac" : Alain, merci, très bien tout ça, mais vous passez allègrement de la poulette à l'ânesse dans vot' tambouille du samedi matin!

"Alors vous me direz, merci pour le cours d'histoire sur notre Semeuse nationale mais quel rapport a-t-elle avec l'actualité ?" Et avec le nouveau magazine Causette? Une semeuse de merdre en couverture?

Bien qu'arborant une belle plante nue et souriante, je suis certain que le contenu du nouveau mag doit être aussi poilant.
Je n'ai pas vraiment compris le lien entre Causette et la Semeuse. Ca ne me paraît pas si évident.

J'aurais aussi aimé savoir si c'est une photo prise dans le feu de l'action ou si ce sont des professionnels qui posent. Et en fonction, pourquoi Causette serait nue ? A part pour vendre...
Cette image soixante-huitarde de Daniel Cohn Bendit en semeur de... rêves.

En quarante ans, que d'illusions perdues !
Vous ne la trouvez pas bizarre la photo de Maurice Herzog au sommet de l’Annapurna sur le site de Paris Match?
Le manche du drapeau, on dirait qu'il est découpé. ça existait la post-prod à l'époque?
Si c'est pour afficher des poitrines nues, Gabrielle a quand même plus de charme que Causette
Bien comme toujours

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.