Je n'irai pas à Vénissieux
chronique

Je n'irai pas à Vénissieux

Daniel Schneidermann revient sur le retrait de Taha Bouhafs

Poursuivant son reportage sur le "3è tour", Daniel Schneidermann voulait suivre la campagne de Taha Bouhafs à Vénissieux. Ce reportage n'aura pas lieu, puisque Bouhafs a dû renoncer à sa candidature suite à des accusations de violences sexuelles. Daniel a donc enquêté auprès de LFI. Pourquoi le parti des Insoumis est-il accusé de mauvaise gestion de "l'affaire Taha Bouhafs" ?

Donc, je n'irai pas à Vénissieux. Pour tout vous dire, j'avais programmé plusieurs jours dans cette ville du Rhône, pour mon escapade sur les routes du "troisième tour". Affiche de rêve : Taha Bouhafs, jeune journaliste et militant des mouvements sociaux et contre les violences policières, bien connu sur ce site, contre la maire communiste Michèle Picard refusant de se retirer en faveur du candidat parachuté (elle laisse finalement la place au nouveau candidat investi par la Nupes), avec en embuscade, sous les étiquettes du RN et de Reconquête, deux syndicalistes policiers d'extrême droite hanouna-compatibles. La belle affiche. Sauf à vivre sur Mars, on connaît la suite. Je n'irai pas à Vénissieux, et Clémentine Autain s'est embourbée dimanche soir sur le plateau de BFMTV.

Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.