McCain et son ennemi, le prompteur
Étazuniens
Étazuniens
chronique

McCain et son ennemi, le prompteur

Réservé à nos abonné.e.s

Une campagne présidentielle, c'est un débat d'idées, c'est un duel mais c'est aussi un exercice de style où l'aisance face aux médias peut faire la différence. Dans ce domaine, le républicain John McCain, plus vieux, moins télégénique que son jeune et élégant rival, le démocrate Barack Obama, semble désavantagé : ce n'est pas un bon orateur, et il est mal à l'aise face aux caméras.

C'est l'inverse de la précédente campagne présidentielle que j'avais eu l'occasion de suivre pendant quelques mois sur place. John Kerry, le candidat démocrate était long, verbeux, ennuyeux, distant, froid, fac...

Il vous reste 92% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Wikileaks : quand un financier soufflait à Obama la composition de son équipe

"Une vision sans précécdent du fonctionnement de l'élite"

Obama "candidat de l'establishment financier" ? Les chiffres.

Précisions sur l'affirmation d'Emmanuel Todd

Israël : Channel 10 dans le viseur de Netanyahu ?

"Pas exactement de gauche, mais la moins consensuelle du paysage" (Enderlin)

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.