Stars du rap callipyges : des chanteuses à pleines lunes
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

Stars du rap callipyges : des chanteuses à pleines lunes

Réservé à nos abonné.e.s
Le site de l'hebdomadaire Jeune Afrique vient de publier un très intéressant article intitulé Hip-Hop et stars callipyges : quand le talent seul ne suffit plus.

On y apprend, nous dit le chapô, que «Dans les clips de hip-hop, les femmes noires se métamorphosent en vénus aux rondeurs démesurées. Les corps hypersexualisés de ces video girls affriolantes renvoient souvent à un imaginaire racial, né de l'esclavage. »

Avec sa poitrine telle une paire de melons bourrés de cortisone et son arrière-train plantureux, la chanteuse Nicki Minaj correspond parfaitement à cette description. Et cette exagération des formes, également prisée par Jennifer Lopez ou Beyoncé, devient une obsession unique phagocytant les paroles des chansons et les clips. Anaconda, par exemple, est une ode au fessier de Ni...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.