l'armée des mingong
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

l'armée des mingong

Réservé à nos abonné.e.s

Personne n'aura échappé à cette ouverture des Ji-Hô, avec faux feux d'artifice et vraie voix de chanteuse à minois miné.

Pendant ce temps, une jeune artiste nommée Wen Fang présentait la photographie d'une installation à la galerie Paris-Beijing de Pékin.

 

Trois cents briques ornées de portraits de mingong (paysans-ouvriers) qui rejoignirent la capitale chinoise pour construire gratte-ciel et installations olympiques puis qui en furent chassés manu militari illico presto avant l'ouverture des Ji-Hô. Nan mais oh.

Terracotta Figures of Civilian Workers in the Republic of China

 

Trois cents ouvriers casqués fichés dans le sable ...

Il vous reste 78% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.