Causette, les portraits doubles et l'empathie
De Rembrandt à Tarzan
De Rembrandt à Tarzan
chronique

Causette, les portraits doubles et l'empathie

Réservé à nos abonné.e.s

Le Causette de ce mois-ci nous présente un visage double, celui d'une jeune femme noire et d'une jeune femme blanche entremêlées avec un oeil en commun. Tentons de cerner les origines de cette image, aux multiples racines.
nouveau media


Pourquoi cette couverture ? Parce que le magazine publie ce mois-ci plusieurs articles sur l'empathie, et les neurones miroirs qui en seraient responsables ; l'un d'eux s'intitule Je ne suis pas toute seule dans ma tête et voilà pourquoi la jeune femme noire héberge une jeune femme blanche à moins que ce soit le contraire, allez savoir qui possède les clés de l'appartement.

Cette idée de mélanger deux visages n'est pas nouvelle, loin s'en faut. Remontons lentement le temps, en commençant par des affiches de cinéma :

nouveau media

Instinct de Jon Turteltaub, 1999

nouveau media

Dead Again de Kenneth Branagh, 1991

nouveau media

Dead Ringers de David Cronenberg, 1988

nouveau media

Faux-semblants,
version française de la ...

Il vous reste 91% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.