Dans les brouillards de 2017
Le matinaute
Le matinaute
chronique

Dans les brouillards de 2017

A perte de vue, des sables mouvants. Des repères engloutis. Un horizon qui se dérobe. Un entre chien et loup de toutes les menaces. Bienvenue en 2017, et très bonne année à tous !

Ce lieu enchanteur, ce cul de sac où hoquette la nouvelle année, entre carnages terroristes et menaces du changement climatique, on peut au moins tenter de lui donner un nom : c'est le carrefour de la "post-vérité" et de la propagande de guerre.

La propagande de guerre, rien de neuf. Les propagandes croisées qui se déploient à propos de la Syrie et notamment, dans les dernières semaines de l'année dernière, à propos d'Alep, ne sont pas nouvelles dans leur fonctionnement. Démonisation de l'adversaire et de ses barbaries, starisation des héros et des victimes de son propre camp, rien de très neuf depuis les bourrages de crânes de 14-18. Sauf un détail : le soft power russe, ou les vidéos du groupe Etat islamique, commencent à faire jeu égal avec le soft power occidental, dans lequel nous baignions jusqu'alors paisiblement. Les citoyens français de 1914 ne lisaient pas la presse allemande ou austro-hongroise. Rien de plus facile aujourd'hui que d'accéder aux vidéos de l'EI, ou aux excellents sites RT France ou Sputnik. Ça change tout.

D'autant que cette pluralisation des propagandes de guerre coïncide avec l'élection de Trump, qui a consacré l'entrée dans une nouvelle ère, que la directrice de l'un des meilleurs des anciens medias, Katherine Viner, directrice du Guardian, a baptisé du nom de "post-vérité". A vrai dire, rien ne serait plus facile que de renvoyer Viner dans ses cordes (comme ici), en lui rappelant que les anciens medias eux-même ont creusé au moins une partie de leur propre tombe, en se rangeant aveuglément, depuis vingt ans, sous la bannière de la mondialisation heureuse, et de la financiarisation béate. Mais chacun sent pourtant que le concept recèle une part de...vérité. Et que c'est l'idée même d'une information honnête, indépendante, et -mais oui- professionnelle, qui risque d'être emportée avec l'eau du bain de l'info mondialisée.

Renvoyer les deux dos à dos ? Non. Mais s'efforcer, chaque jour, de rester à équidistance de toutes ces narrations, même celles qui nous séduisent le plus, dont nous nous sentons le plus proches : voilà notre cap, dans les brumes de 2017. Comme d'habitude, il n'y aura que des coups à prendre de tous les côtés. Et puisqu'il ne faut jamais renoncer à une bonne habitude, j'ai pris une petite résolution personnelle. Mieux vaut tard que jamais : j'ouvre un compte Twitter. Pas seulement celui du site (qui est ici). Un compte Twitter à mon nom, avec mes petites bêtises à moi, avec mes perplexités personnelles, avec mes probables dérapages incontrôlables en 140 signes. Il est là. A vrai dire, je ne sais pas encore ce que j'y posterai. Je n'ai rien prémédité. Ni à quelle fréquence j'y posterai, ni quelle part personnelle j'y investirai. A vrai dire, c'est peut-être une folie. A vrai dire, la tentative ne durera peut-être qu'une semaine. Mais le coeur de la fournaise est là. Comment résister à la folle tentation d'y entrer, sans autres armes qu'une petite boussole, et une torche antibrouillard ?

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.