Suivons ensemble la présidentielle de toutes les surprises. Déjouons les propagandes insidieuses des éditocrates. Ecoutons ceux qui n'ont pas la parole. Surveillons les disparités de temps de parole

Publié le 27/02/2017  Alimenté le 27/04/2017
nouveau media
chronique du par

De quelques effondrements

Et sortit Gérard Larcher. Et c'est à lui qu'il revint, martial

, de présenter aux médias rassemblés les résultats de la réunion du comité politique de LR. "Le comité politique, à l'unanimité..." A l'unanimité. La bonne blague.On l'imagine, sur le pont : "le commandement du Titanic, à l'unanimité..." Mais que nous évoque donc ce faux Philippe Noiret ? La voix de Gérard Larcher. Sa posture. Sa bedaine d'habitué des salles à manger privées de la République. Son double menton. Comment dire, sans lui faire injure, que le président du Sénat incarne le finissant, le crépusculaire, le déjà effondré ? C'est une voix de noir et blanc, comme exhumée des actualités cinématographiques de 1940.

Force des images. C'est un des meilleurs spécialistes français de Vichy, Henry Rousso qui, voyant parler Larcher hier soir, tweete par réflexe : "Un jour prochain, il y aura peut-être malheureusement un Marc Bloch pour décrire cette étrange défaite et cet effondrement moral". L'étrange défaite est un des plus beaux livres d'histoire écrits en langue française. Témoignage rédigé à chaud par l'historien Marc Bloch sur la débâcle de 40, à laquelle, sous l'uniforme, il a pris part, il livre une cruelle vision panoramique d'une société qui s'effondre, avec ses généraux, ses chefs politiques, ses patrons, ses syndicalistes aussi. C'est un de ces rares livres que l'on peut relire sans cesse, et y lire à chaque fois un terrifiant reflet du temps présent. Comment ne pas comprendre que Rousso lui-même s'y soit retrouvé plongé quand, ironie de l'histoire, il manqua...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Derniers articles dans ce dossier...

nouveau media

Le jour où Macron a évité la débâcle

chronique publié(e) le 27/04/2017 chez les matinautes

Ce moment, hier à la mi-journée, où un silence de mort a écrasé notre petite équipe. Ce moment où l'écran partagé de BFMTV montrait un Macron attablé dans une salle demi-vide avec des hiérarques syndicaux, tandis que Marine Le Pen enchainait les selfies souriants avec des ouvrières, sur ...

nouveau media

Hollande, la photo était fausse, mais juste

chronique publié(e) le 26/04/2017 chez les matinautes

Cette photo, de François Hollande prenant connaissance des résultats du premier tour, a fait le tour des réseaux sociaux, comme on dit.   Si elle frappe immédiatement, ce n'est pas par son contenu informatif. Le président, immobile, a regardé les résultats à l'Elysée, dans son bureau. Le ...

nouveau media

La peste et le burn out

chronique publié(e) le 24/04/2017 chez les matinautes

Evacuons d'abord l'accessoire, l'amère satisfaction de voir Fillon renvoyé en son manoir. Il faut bien se chercher des consolations. Mais amère, oui, la consolation. Car il s'est tout de même trouvé un électeur sur cinq pour donner sa voix à l'homme des costumes offerts, des attachés ...

Tous les contenus de ce dossier >

Par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

La peste et le burn out

Message de Picardie à l'attention du PS Je ne crois pas que vous puissiez imaginer à quel point je vous en veux, à quel ...

Par CecileSvéa
le 24/04/2017

La peste et le burn out

"Quelle triste sortie, après une si belle, si courageuse campagne !" Pourquoi écrire cela après la défaite ? Vous l'avez ...

Par DanetteOchoc
le 24/04/2017

La peste et le burn out

Non, Daniel, c'était impossible, impensable, que Mélenchon donne une consigne de vote. J'écris ici en "Insoumise" de longue ...

Par anneguiriec-010126 anneguiriec
le 24/04/2017
Tous les forums >