Chez Georges

Ancien enquêteur dans d"honorables journaux (Rouge, Le Canard enchaîné, Le Monde, entre autres) Georges Marion revisite périodiquement d'anciennes ou de nouvelles affaires, oubliées ou non.

nouveau media
chronique du par

Attentats Copernic et rue des Rosiers : pourquoi la presse a écrit des bêtises

Bien avant BFM !

Quand deux attentats sanglants, celui de la rue Copernic et celui de la rue des Rosiers, refont surface parce que leurs auteurs présumés, plus de trente ans après, sont identifiés et passibles de poursuites, les contemporains se souviennent de leur émotion et des manifs auxquelles ils participèrent. Mais se souviennent-ils de la façon dont la presse couvrit l’événement ? Un petit retour en arrière où l’on apprend qu’on n’a pas attendu les télés d’infos en continu pour dire des âneries sur le terrorisme.

L’attentat commis contre la synagogue de la rue Copernic comme celui perpétré contre le restaurant juif Goldenberg de la rue des Rosiers semblaient devoir être oubliés, abandonnés aux pertes et profits de l’Histoire. Voilà pourtant qu’ils ressurgissent au détour de deux petites informations presqu’identiques: l’identification et l’interpellation de leurs auteurs présumés. Plus de trente ans après les faits.

L’information la plus récente concerne un Palestinien, Zouhair Mouhamad Hassan Khalid al-Abassi, alias Amjad Atta, 62 ans, accusé par la justice française d’avoir fait partie du commando – sinon d’en avoir été l’organisateur– qui, le 9 août 1982, attaqua à la grenade et au pistolet-mitrailleur le restaurant Goldenberg, faisant six mort et vingt-deux blessés. Interpellé début juin dans un petit village de Jordanie, il vient d’être élargi, placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter le territoire. Retrouvé par Europe 1, il nie toute responsabilité dans l’attentat, assurant, curieuse formulation, qu’«il n’y a contre moi aucune preuve».

Deux autres de ses supposés complices ont également été identifiés mais n’ont pas été inquiétés. L’un, Mahmoud Khader Abed Adra, 59 ans, alias Hicham Harb, vit à Ramallah, ville de Cisjordanie placée sous le contrôle politique et sécuritaire de l’Autorité palestinienne ; l’autre, Walid Abdulrahman Abou Zayed, 56 ans, alias Souhail Othman, a refait sa vie en Norvège dont il a acquis la nationalité. Tous trois sont sous...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Le site par mots-clés

Les incontournables

Commentaires d'utilité publique

Georges Ibrahim Abdallah, et les aventures de Super Souris

Je rejoins cette indignation -- quoique je commence à m'essouffler, c'est peut-être bientôt fini. On part sur une ...

Par gemp
le 26/10/2013

Mais pourquoi "l'assassinat" de Boulin resurgit-il toujours ?

Faire un aussi long article pour un argument aussi mince, la lettre, sans tenir compte des "bizarreries" de ladite lettre, ...

Par Aldus
le 19/06/2013
Tous les forums >