Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

Le réalisateur Michael Moore prédit la victoire de Trump

Par le - 16h11 - lu

"Jamais de toute ma vie n'ai-je autant voulu me tromper"… et pourtant, Michael Moore en est convaincu : Donald Trump sera élu à la présidence des Etats-Unis en novembre prochain.

Dans un billet publié sur son site puis repris et traduit par Le Huffington Post le 26 juillet, le réalisateur de Roger et moi ou encore Bowling for Columbine explique pourquoi, selon lui, Trump, "ce clown à temps partiel et sociopathe à temps plein va devenir notre prochain président". Il rappelle au passage qu’il avait déjà prédit que Trump serait le candidat républicain – officiellement investi depuis le 21 juillet – et raille tous ceux qui ne voudraient pas croire à ce scénario car "la seule manière de trouver une solution à ce problème est d'admettre qu'il existe en premier lieu".

Une fois reconnu que "le taux de participation dépasse rarement 50 % dans la plupart des élections" – "Hillary remporterait l'élection haut-la-main si les jeunes pouvaient voter avec leur console X-box ou Playstation" – Moore liste cinq raisons qui pousseront Trump vers la victoire.

Michael Moore

Tout d’abord, le réalisateur prévoit une sorte de "Brexit de la Ceinture de rouille", en référence aux États de la région des Grands Lacs traditionnellement démocrates et qui pourtant ont élu des gouverneurs républicains depuis 2010. Selon Moore, cet arc est "l'équivalent du centre de l'Angleterre. Ce paysage déprimant d'usines en décrépitude et de villes en sursis est peuplé de travailleurs et de chômeurs qui faisaient autrefois partie de la classe moyenne. Aigris et en colère, ces gens se sont fait duper par la théorie des effets de retombées de l'ère Reagan. Ils ont ensuite été abandonnés par les politiciens démocrates qui, malgré leurs beaux discours, fricotent avec des lobbyistes de Goldman Sachs prêts à leur écrire un beau gros chèque". Une grosse réserve de voix pour Trump donc qui a menacé Ford "d'imposer un tarif douanier de 35 % sur toutes les voitures fabriquées au Mexique dans le cas où [le constructeur] y déménagerait ses activités" ou encore "menacé de contraindre Apple à fabriquer ses iPhone aux États-Unis plutôt qu'en Chine".

Hillary Clinton, femme et impopulaire

Autre raison de la victoire annoncée de Trump : Hillary Clinton, "un problème en elle-même". Premier écueil : c’est une femme. "Après avoir passé huit ans à nous faire donner des ordres par un homme noir, il faudrait maintenant qu'une femme nous mène par le bout du nez ?" ironise Moore qui souligne l’attrait des discours misogynes de Trump sur "l’esprit des mâles blancs en danger". Mais surtout, "Clinton est très impopulaire. Près de 70 % des électeurs la considèrent comme malhonnête ou peu fiable. Elle représente la vieille manière de faire de la politique, c'est-à-dire l'art de raconter n'importe quoi pour se faire élire, sans égard à quelque principe que ce soit. Elle a lutté contre le mariage gay à une certaine époque, pour maintenant célébrer elle-même de tels mariages".

Et attention, il ne sert à rien de compter sur le partisan de Bernie Sanders pour changer la donne. Certes il votera Clinton mais il "ne fera pas l'effort de convaincre cinq autres personnes d'en faire de même". Enfin, dernière raison évoquée par Moore – peut-être la plus déterminante : "la capacité des gens à se conduire comme des anarchistes malicieux lorsqu'ils se retrouvent seuls dans l'isoloir". Et une fois seuls, ils font ce qu’ils veulent : "c'est pour cette raison que des millions d'Américains en colère seront tentés de voter pour Trump. Ils ne le feront pas parce qu'ils apprécient le personnage ou adhèrent à ses idées, mais tout simplement parce qu'ils le peuvent. Des millions de gens seront tentés de devenir marionnettistes et de choisir Trump dans le seul but de brouiller les cartes et voir ce qui arrivera".

Si Moore est très pessimiste, il n’en reste pas moins combattif. Le démocrate affiché – qui votera pour Clinton même s’il avait fait la promesse de ne plus voter pour elle après son vote en faveur de la guerre en Irak – conclut en annonçant la publication d'un prochain billet pour mettre au jour "le talon d'Achille de Donald Trump" et les "stratégies que nous pouvons employer pour lui faire perdre l'élection."

>> Saviez-vous que Michael Moore est l’un des inspirateurs de François Ruffin ? L’occasion de voir ou revoir notre émission avec le réalisateur de Merci patron et l’économiste Frédéric Lordon.


Abonnez-vous !
|