Notre ressource unique : VOS ABONNEMENTS

Vite-Dit

Les "vite dit" sont tous les contenus des médias français et étrangers qui nous semblent dignes d’être signalés. Si nécessaire, ils feront l'objet d'un traitement approfondi dans nos articles payants. La page des "vite dit" a pour fonction de donner aux non-abonnés une impression des centres d’intérêt du site. La page des "vite dit" est très fréquemment actualisée au cours de la journée.

"Google, vous faites le mal" (presse GB)

Par le - 12h01 - suivi

Google et Amazon sont à nouveau dénoncés en Grande Bretagne à cause des astuces que ces deux sociétés américaines utilisent pour payer un minimum d'impôts, malgré les revenus record qu'ils réalisent dans ce pays.

"Je pense que vous faites le mal" titre aujourd'hui à la Une, The Independent, citant une élue britannique, Margaret Hodge, présidente du House of Commons Public Accounts Committee (PAC).

Les élus du PAC du parlement britannique sont en colère contre Google qu'ils considèrent comme "sournois, calculateur, et dépourvu d'éthique".

Officiellement Google facture la publicité vendue en Grande Bretagne depuis l'Irlande, ce qui lui permet de ne payer que 6 millions de livres (7,1 millions d'euros) d'impôts en Grande Bretagne, pour un revenu annuel de 3 milliards de livres (3,55 milliards d'euros).

Mais Margaret Hodge dit avoir vu une facture Google envoyée à des clients britanniques depuis une adresse londonienne.

De son côté, le leader de l'opposition travailliste, Ed Miliband, accuse Google d'avoir une culture "d'entreprise irresponsable".

The Independant, vendredi 17 mai picto

Google

Hier le Guardian titrait quant à lui sur Amazon : "Amazon face à de nouvelles questions concernant ses impôts" tandis que Le Scotsman soulignait que "Le dernier impôt provoquait à nouveau la colère".

Les chiffres révélés hier ont, en effet de quoi surprendre. Les documents publiés par Amazon annoncent un impôt 2012 de 3,2 millions de livres pour des ventes qui atteindraient 320 millions de livres. Mais Amazon a indiqué aux investisseurs avoir réalisé 4,2 milliards de livres de ventes en Grande Bretagne pour cette même année.

Une enquête du Guardian montre que les contrats sont négociés par le bureau londonien d'Amazon, mais qu'ils sont ensuite facturés depuis le Luxembourg. En outre, Amazon emploie 4 191 personnes en Grande-Bretagne, et plus 10 000 saisonniers à Noël. Et enfin, si Amazon a payé 3,2 millions, il exploite toutes les ficelles, puisqu'il a reçu un subvention de 2,5 millions en 2012 pour avoir construit de nouveaux entrepôts en Grande Bretagne.

Guardian Scotsman

L'occasion de relire notre enquête Starbucks, Amazon et Google, champions de l'évasion fiscale en Grande-Bretagne


Abonnez-vous !
|

Derniers articles du dossier : Google, pieuvre ou idole ?

Google Docs Bale

Un bug rappelle que Google espionne les Google Docs

observatoire publié(e) le 01/11/2017 par Juliette Gramaglia

Un simple bug qui inquiète. Plusieurs journalistes américains et français ont constaté mardi 31 octobre qu'ils n'avaient plus accès à leurs documents partagés sur Google Docs. Un bug, selon l'entreprise américaine, dû à une modification du code. Une erreur qui a surtout permis de remettre ...

nouveau media

Google et le dissident Barry Lynn

chronique publié(e) le 31/08/2017 chez les matinautes

Bary Lynn est un journaliste américain, spécialisé dans l'économie, et plus particulièrement dans l'étude des monopoles économiques, et de l'impact (négatif) de ces monopoles sur l'économie. Il est à l'origine d'un groupe d'une dizaine de chercheurs baptisé "Open market", qui s'est donné...

nouveau media

Google Maps ne veut pas froisser l'Inde ou la Chine (Le dessous des cartes)

lu publié(e) le 26/12/2016 par la rédaction

Opportuniste, Google ? Dans une interview à Libération, le créateur de l'émission d'Arte, Le dessous des cartes, Jean-Christophe Victor, affirme que Google Maps ment et s'adapte à la vision géographique de chaque pays, pour ne pas froisser la Chine ou l'Inde. Liberation, 26/12/2016 Le ...

Tous les contenus de ce dossier >