Virus : des journalistes belges acceptent une baisse de salaire
article

Virus : des journalistes belges acceptent une baisse de salaire

Réservé à nos abonné.e.s
Le groupe de presse Rossel a proposé à ses journalistes une baisse de salaire pour soutenir financièrement les commerciaux et administratifs mis au chômage temporaire, et faire face à la chute des revenus publicitaires. Après pressions et tensions, la plupart ont accepté.

Augmentation des ventes et du trafic sur les sites des journaux ne signifie pas meilleure santé financière. Du moins pour les journaux qui vivent en partie de la publicité. Le groupe de presse Rossel en Belgique, propriétaire du quotidien Le Soir et du groupe Sudpresse, mais aussi de La Voix du Nord en France, a fait savoir à ses salariés belges que la situation du groupe était financièrement préoccupante en cette période d'épidémie. Les salariés du Soir ont reçu ce mail, consulté par Arrêt sur images : "Le marché de la publicité, print et digitale, qui représente près de 45% de nos revenus, s’est écroulé en quelques jours". Le journal L'Echo, lui aussi détenu par le groupe Rossel, consacrait récemment un article à ...

Il vous reste 85% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.