Un parti satirique allemand fait son entrée à Strasbourg
enquête

Un parti satirique allemand fait son entrée à Strasbourg

Non, Martin Sonneborn n'est pas le Beppe Grillo allemand !

Réservé à nos abonné.e.s
Imaginez le président du Groland faisant son entrée au parlement européen. Les Allemands ont osé. Martin Sonneborn, membre éminent de la rédaction du mensuel satirique Titanic, a recueilli dimanche 0,6% des suffrages sous les couleurs de Die Partei. Suffisamment pour s'assurer un siège à Strasbourg. Du journalisme satirique à la députation européenne, itinéraire d'une critique politique par les actes.

Une chaise qui racle le sol, quelqu'un tousse, se sert un verre d'eau, un portable vibre, puis au bout d'une minute trente une voix demande "ça enregistre, là?" Fin. Voici le clip radiophonique avec lequel "Die Partei", en français "Le parti", a fait campagne pour les élections européennes.

Coup de chance, une radio publique allemande, la SWR, a refusé de diffuser le clip. L'explication: "Il s'agit d'une absence de slogan électoral mais pas d'une campagne politique." Conséquence: le clip a fait le tour du web allemand accompagné des accusations de censure de la part des militants du parti satirique. Et finalement, Martin Sonneborn président fédéral de "Di...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.