Reuters nie avoir "censuré" une Ukrainienne pro-russe
article

Reuters nie avoir "censuré" une Ukrainienne pro-russe

Réservé à nos abonné.e.s
L'agence de presse est accusée par la Russie d'avoir censuré le témoignage d'une rescapée de l'usine Azovstal, où les forces ukrainiennes sont retranchées depuis plusieurs semaines, dans la ville de Marioupol. Elle racontait avoir été retenue de force par les militaires ukrainiens, et vouloir désormais vivre en territoire contrôlé par la Russie.

Censure ou précaution journalistique ? Le 2 mai 2022, l'agence de presse Reuters publie le témoignage vidéo de Natalia Usmanova (ici en anglais), citoyenne ukrainienne qui a vécu pendant de longues semaines le siège de l'usine Azovstal, dernier bastion des forces ukrainiennes dans la ville de Marioupol assiégée par les armées russes. Un témoignage repris notamment par la chaîne américaine NBC, les anglais du Guardian et de la BBC ou en français par les médias belges la Libre Belgique et DHnet. Natalia Usmanova est filmée par plusieurs caméras alors qu'elle quitte l'usine à la faveur d'un cessez-le-feu de courte durée. L'interview a lieu dans les alentours de l'usine, un territoire contrôlé par les forces russes...

Il vous reste 87% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Un eurodéputé écolo insulte un journaliste de "Libération"

Les journalistes de moins en moins bienvenus à Bruxelles ?

Portes ouvertes à la propagande russe chez les agences de presse

Mais Reuters a rompu son partenariat avec l'agence Tass le 23 mars

Ukraine : que montrer de l'horreur ?

Témoigner des massacres, éviter le "war porn", travailler pour l'Histoire

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.