Renault : un livre noir reste dans l'ombre
enquête

Renault : un livre noir reste dans l'ombre

Omerta ou autocensure ?

Réservé à nos abonné.e.s
Renault a désormais son livre noir. Vous n'étiez pas au courant ? Pas étonnant, le livre sorti il y a un mois n'a bénéficié que de peu d'écho médiatique. L'auteur a pu s'exprimer sur les radios publiques et dans Le Parisien, mais pas ailleurs. D'où vient cette étonnante omerta ? Le poids de Renault, gros annonceur des médias français, y serait-il pour quelquechose ?

Erreurs stratégiques, suicides dans l’entreprise, espionnage industriel, salaires astronomiques des dirigeants, délocalisations de la production, ce sont quelques unes – parmi d’autres - des informations décortiquées et disséquées dans un livre paru début octobre, signé Benjamin Cuq, intitulé "Le livre noir de Renault". Fruit d’une enquête de cinq mois, l'ouvrage revient sur de nombreux aspects de l’histoire du constructeur français. La collaboration avec l’occupant nazi, la privatisation, l’alliance ratée avec Volvo, la montée en puissance des Dacia au détriment des Renault, mais aussi sur les &eacu...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.