Pub : demain, un anti Adblock ?
Brève

Pub : demain, un anti Adblock ?

Les internautes en ont marre de la pub.

Une nouvelle étude, relayée par le Guardian, sur l'utilisation des bloqueurs de publicité montre que le recours à un logiciel comme Adblock est désormais un phénomène de masse. En juin 2014 on comptait ainsi 144 millions d'utilisateurs actifs d'extensions de navigateur comme Adblock Plus (controversé pour son modèle économique) dans le monde, soit 70% de plus qu'en juin 2013. La progression est tellement importante qu'elle a surpris les deux entreprises qui ont réalisé l'enquête, Pagefair (société qui propose un service de suivi du blocage de pub aux sites) et Adobe, qui tablaient sur une croissance de 43%.

Adblock 2

La croissance de l'utilisation des bloqueurs de pub dans le monde (Étude Pagefair/Adobe)

Mais le chiffre le plus frappant est celui qui concerne les internautes les plus jeunes : 41% des 18-29 ans américains affirment utiliser un logiciel de blocage de pub, et ce chiffre monte même à 54% chez les hommes de cette tranche d'âge. "L'utilisation des bloqueurs est la plus forte précisément chez les gens que ciblent les annonceurs, note l'auteur de l'étude, Sean Blanchfield. On voit une cohorte d'"adblockers" grandir, et ce n'est pas une bonne nouvelle pour l'industrie de la publicité, ou pour les éditeurs", estime l'expert qui compare même les bloqueurs de pub à un "Napster de l'industrie de la pub" en référence au logiciel de partage de pair à pair qui avait ébranlé l'industrie musicale au tout début des années 2000.

En France, qui ne fait pas partie des pays les plus concernés, le taux d'utilisation d'Adblock se situe entre 10% et 20%, et monte jusqu'à 40% pour des sites dédiés à l'informatique et aux technologies, selon une enquête menée par Satellinet. Nos partenaires de NextInpact comptaient même 46% d'utilisateurs qui bloquaient les publicités en 2013.

Passer les publicités en force

Interrogés sur les raisons du blocage des publicités, une majorité des internautes répond qu'il a été motivé par le côté intrusif de certains formats, notamment vidéo (@si en parlait ici). Pourtant, face à ce constat, une partie de l'industrie semble vouloir riposter en montrant les muscles. Si la plupart des sites concernés demandent pour l'instant aux lecteurs de désactiver Adblock Plus pour les soutenir, d'autres n'hésitent plus à empêcher l'accès au contenu. C'était le cas par exemple de TF1 qui refusait l'accès aux matchs de la Coupe du Monde sur son site cet été et demandait à désactiver les bloqueurs utilisés par 30% de ses visiteurs (@si vous en parlait ici).

D'autres veulent à l'inverse imposer les publicités, même quand le logiciel est activé. Les fondateurs de la plateforme Overblog, aujourd'hui à la tête de la société Secret Media, ont ainsi annoncé dans le magazine Satellinet le lancement d'un outil qui permettrait de "passer en force" les bloqueurs, en "cryptant [chiffrant ndlr] les données publicitaires" et en les intégrant directemet au site pour qu'elles ne soient pas repérées par les adblockers.

L'occasion de découvrir notre palmarès exclusif des sites de presse les plus truffés de publicité.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.