Non-lieu pour abus de faiblesse : Mediapart et Libé ont-ils trop chargé Sarkozy ?
enquête

Non-lieu pour abus de faiblesse : Mediapart et Libé ont-ils trop chargé Sarkozy ?

"J'ai toujours dit que ça ne tenait pas" (Plenel). Hum...

Réservé à nos abonné.e.s
"Les faits étaient plus que ténus", "J'ai toujours dit que ça ne tenait pas". Au lendemain du non-lieu dont a bénéficié Nicolas Sarkozy dans le cadre du volet "abus de faiblesse" de l'affaire Bettencourt, Libération et Edwy Plenel ont sous-entendu que ce non-lieu était prévisible. Pourtant, en relisant les articles de Mediapart et de Libé sur cette affaire, on a bien eu du mal à trouver des éléments qui permettaient de l'anticiper.



Tous les mis en examen, notamment Eric Woerth, Patrice de Maistre ou encore François-Marie Banier, ont été renvoyés devant le tribunal correctionnel de Bordeaux pour "abus de faiblesse" dans le cadre de l'affaire Bettencourt. Tous, sauf Nicolas Sarkozy. Dans leur ordonnance de renvoi, signée lundi 7 octobre, les juges d'instruction ont estimé qu'il n'y avait "pas de charges suffisantes" pour prouver que Sarkozy a abusé de l'état de faiblesse de Liliane Bettencourt pour lui soutirer des espèces afin de financer la campagne présidentielle de 2007. Certes, d'après les attendus de l'ordonnance que s'est procurée l'AFP, les juges doutent de l'innocence de Sarkozy...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.