Non, Assassin's Creed Unity n'est pas une leçon d'histoire
article

Non, Assassin's Creed Unity n'est pas une leçon d'histoire

Robespierre dénaturé ? Attendez de voir Bonaparte !

Réservé à nos abonné.e.s
"Assassin's Creed Unity est un jeu vidéo grand public, pas une leçon d'histoire". Voilà ce que déclarait Ubisoft avant même la polémique lancée par Alexis Corbière, secrétaire national du Parti de Gauche et Jean-Luc Mélenchon, qui reprochaient au jeu de véhiculer une propagande réactionnaire sur la Révolution Française. Alors que la polémique ne s'est toujours pas éteinte, @si s'est penché sur le jeu. Et c'est bien vrai : Assassin's Creed Unity n'est pas (du tout) une leçon d'histoire.

"Le plus large terrain de jeux de l'histoire de la franchise", quatorze mois de travail pour reproduire à la perfection (ou presque) Notre-Dame, sept quartiers de la capitale modélisés à l'échelle réelle : les équipes de Ubisoft Montréal n'ont pas lésiné (et ont largement communiqué) sur les moyens mis en place pour faire de cet opus, dont l'action se déroule à Paris pendant la Révolution Française, un terrain de jeu plus vrai que nature. Et pourtant ! Quand on s'attaque à son contenu, comme Alexis Corbière, secrétaire national du Parti de gauche, l'a fait une première fois le 14 novembre sur son blog, Ubisoft...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.