Nobel/Tirole : mauvaise traduction
Brève

Nobel/Tirole : mauvaise traduction

Les journalistes sont-ils des billes en anglais ou des billes en économie? Les deux ! se moque ce matin le site libéral Contrepoints qui pointe une traduction erronée du communiqué de presse annonçant le Prix Nobel d’économie attribué à Jean Tirole. Le nobélisé n’a pas été récompensé pour ses analyses sur "la puissance du marché" mais sur "le pouvoir de marché", assure Contrepoints, ce qui n’a rien à voir. Explications.

Jean Tirole a-t-il été récompensé pour ses analyses sur le pouvoir (ou la puissance) DU marché ou pour ses analyses sur le pouvoir DE marché?

La grande majorité de la presse – dont Libération, Les Echos, le Huffington Post, L’Express, France3, France Inter et également sur ce site icia utilisé l’expression "puissance du marché", une traduction issue de la première dépêche AFP de lundi éditée à 13h10. Le Monde s’est quant à lui démarqué en évoquant le "pouvoir du marché".

Tirole

Or, que ce soit "du" ou "de" change tout, explique le site Contrepoints pour qui il n’y a pas d’ambigüité: l'Académie royale des sciences de Suède a récompensé Tirole pour "his analysis of market power", et donc pour ses analyses sur le pouvoir de marché. "Il n’y avait que six mots à traduire correctement" estime Contrepoints. "Et Google Translate proposait une traduction acceptable". En effet. D’ailleurs, pour être sûr de ne pas tomber à côté de la plaque, on peut également ouvrir la page Wikipédia consacrée au terme market power puis demander l’équivalent de la page en français.

On découvre ainsi que le pouvoir de marché renvoie à une définition précise : "il correspond au fait pour une entreprise en situation de monopole sur son marché d'imposer son prix aux consommateurs pour s'attribuer un surprofit". Si une entreprise est la seule à vendre un produit, sans concurrence, elle peut donc imposer son prix et faire de méga-profits. C'était le cas des opérateurs téléphoniques quand ils étaient en situation de monopole voire d'oligopole. Une fois Free arrivé dans la course, ce pouvoir de marché a été mis à mal.

Autrement dit, d’après Contrepoints, il est "davantage question de l’impuissance du marché et du besoin de régulation qui en découle". Rien à voir avec la puissance du marché, expression qui ne renvoie à aucune notion économique précise, mais à une idée générale, politique, évoquant le marché dans sa globalité, qu'il soit financier, monétaire, immobilier, du travail, etc. Pour Contrepoints, les journalistes font donc "un contre-sens total" révélateur de leur piètre niveau d’anglais et de culture économique.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.