Monde d'après : et la presse libérale douta du libéralisme !
article

Monde d'après : et la presse libérale douta du libéralisme !

(Sauf Le Figaro)

Réservé à nos abonné.e.s
Le Financial Times milite pour la réduction des inégalités, l'interventionnisme des Etats et l'interruption de la mondialisation, comme une confirmation que rien ne sera plus tout à fait comme avant, y compris au plan économique et financier. The Economist et Les Echos s'interrogent aussi sur les anciens paradigmes néolibéraux. Mais ces évolutions échappent au Figaro.

"Le virus met à nu les fragilités du contrat social." Ce titre, comme l'éditorial qui suit, a été publié le 3 avril par le Financial Times. Il a fait grand bruit, venant d'un des  principaux organes anglo-saxons, depuis plusieurs décennies, du néolibéralisme mondialisé. Signé par le "panel éditorial", il engageait directement l'ensemble de la rédaction du vénérable journal britannique de la finance mondiale (contrairement au New York Times où ce panel n'engage pas la rédaction). Le plaidoyer développé ce jour-là n'est en effet rien moins qu'une révolution copernicienne pour le Financial Times : le texte milite en effet ouvertement, dès son introduction, en faveur de "réformes radicales" qui seront "nécessaires afin que la société fonct...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.