Migrants à Grande Synthe : évacuations sans caméras
article

Migrants à Grande Synthe : évacuations sans caméras

Réservé à nos abonné.e.s
Est-il possible de couvrir l'expulsion d'un camp d'exilés ? Deux journalistes ont déposé un recours (rejeté) devant le tribunal administratif de Lille, estimant que les forces de l'ordre les empêchaient de couvrir l'expulsion des exilés passés dans cette commune de la banlieue de Dunkerque. Une problématique loin d'être nouvelle.

Pour mieux expulser, expulsons cachés. Le 29 décembre 2020, deux journalistes indépendants, Louis Witter et Simon Hamy, étaient à Grande-Synthe (59) pour couvrir l'évacuation d'un camp d'exilés, qui se massent dans la région depuis plusieurs années, dans l'attente d'un hypothétique passage vers le Royaume-Uni. Régulièrement, des opérations sont menées par la préfecture du Nord pour déloger ces camps de fortune, et déplacer leurs occupants dans des centres d'accueil ou des centres de rétention administrative. Alors qu'ils approchaient du lieu de l'expulsion, les deux journalistes ont été refoulés par les forces de l'ordre. La situation a fait réagir Reporters Sans Frontières, qui a dénoncé des "entraves à la liberté de la presse", deman...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Schmitt-Pinot : après la relaxe, l'emballement médiatique

Interviews et conférences de presse en direct, photomontages sur les réseaux sociaux...

Sans-papiers : les expulsions continuent, mais loin des caméras

"On est moins contactés par les journalistes, et nos tribunes passent moins" (RESF)

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.