"Media Crash" : "incendiaires" et "barbouzes" contre le journalisme
interview

"Media Crash" : "incendiaires" et "barbouzes" contre le journalisme

Entretien avec Valentine Oberti et Luc Hermann, réalisateurs de ce film-enquête

Réservé à nos abonné.e.s
Le documentaire "Media Crash, qui a tué le débat public?", consacré aux pressions sur le journalisme d'enquête et aux effets politiques de la concentration des médias entre les mains de milliardaires, est en salles depuis ce mercredi 16 février, et ses auteurs sont en tournée à travers la France. Nous avons vu le film et nous sommes entretenus avec Valentine Oberti ("Mediapart") et Luc Hermann (agence Premières lignes) : voici ce qu'il contient qui était jusqu'alors peu ou pas du tout connu.

D'abord, "les incendiaires". Ceux qui sculptent, depuis des mois, ce paysage politico-médiatique pré-fascisant dans lequel nous baignons en cette année présidentielle : Vincent Bolloré, Cyril Hanouna, Éric Zemmour. Ensuite, "les barbouzes", ces grands patrons et propriétaires de médias qui s'autorisent à exercer des pressions violentes sur les journalistes qui enquêtent à leur sujet, qui les espionnent, ou qui pratiquent le harcèlement judiciaire : Vincent Bolloré, Bernard Arnault (LVMH). Enfin, "les complices" : ces médias qui jouent le jeu des puissants, tels que Paris Match et BFMTV sur le soi-disant revirement de Ziad Takieddine (dans l'affaire du possible financement libyen de la campagne Sarkozy en 2007). Voici les trois chapitre...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.