Manifs : la carte de presse ne protège plus (du tout)
article

Manifs : la carte de presse ne protège plus (du tout)

Réservé à nos abonné.e.s
Entravés dans leurs déplacements en reportage, contrôlés en permanence, risquant des blessures, certains journalistes vont désormais en manifestation la peur au ventre. Ils ont beau travailler pour de grands groupes de presse, ils considèrent que la carte professionnelle ne les protège plus de l’arbitraire policier. Ils racontent.

"Au début du mouvement, et pendant un moment, la carte était un peu un totem. Aujourd’hui, moi, j’ai peur de la police en manifestation… qu’on soit journaliste ou pas, ils ne font plus de différence", témoigne le journaliste radio Yann Quercia. Leurs masques à gaz, lunettes de protection et casques sont parfois confisqués au prétexte de l'interdiction de se couvrir le visage, ou parce que ces éléments sont considérés comme de potentielles "armes par destination". Ils se trouvent également soumis à l’agressivité comme au tutoiement de certains policiers et gendarmes (lesquels ne rendent pas toujours visible leur matricule d’identification). Ces journalistes travaillant pour de grands groupes de presse décrivent une  dégradation de leur...

Il vous reste 88% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.