L’Obs : prostituée morte… ou témoignage bidon ?
article

L’Obs : prostituée morte… ou témoignage bidon ?

Réservé à nos abonné.e.s
L’encadré d’un portrait-témoignage publié dans L’Obs contait comment une prostituée parisienne, probablement tombée malade du Covid-19, avait été enterrée à la hâte. Des associations de travailleuses du sexe se sont indignées devant cette histoire improbable, racontée sans distance ni vérification. L’hebdomadaire défend son choix de rapporter strictement le témoignage d’une femme ayant ouvert une permanence téléphonique, mais s'excuse néanmoins d'un manque de distance avec celui-ci.

De la relative fiabilité des témoignages. Samedi 11 avril, le site de L’Obs publie un long portrait de Kathya de Brinon, présidente de l’association SOS Violenfance, tenant une permanence téléphonique dédiée à recueillir les angoisses ou le sentiment d’abandon pendant que la France est confinée. "Un condensé de la France qui a peur, qui va mal, dans cette ère étrange où l’intense promiscuité pour les uns, la solitude extrême pour les autres, l’absence de liberté de mouvement, la menace sur la santé, l’incertitude sur l’avenir bouleversent les repères les plus intimes", écrit la journaliste Emmanuelle Anizon à propos du travail bénévole de celle qui se présente sur sa page Facebook, dans la première annonce de sa permanence, comme ...

Il vous reste 90% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.