Les medias pourchassent la liste fantôme de politiques fraudeurs fiscaux
suivi

Les medias pourchassent la liste fantôme de politiques fraudeurs fiscaux

Liste ? "Noms croisés" ? Muraille entre les frères Peillon.

Réservé à nos abonné.e.s
A la recherche de la liste fantôme. Depuis vendredi 14 juin, les médias tentent de savoir quels sont les politiques qui figurent sur la liste des évadés fiscaux de Pierre Condamin-Gerbier. En effet, le 14 juin une information judiciaire a été ouverte sur les activités de la banque Reyl et le même jour au micro de Jean-Jacques Bourdin sur RMC, Antoine Peillon, grand reporter à La Croix a confirmé l'existence de cette liste. Tout le week-end les médias ont interpellé le gouvernement qui dit "ne rien savoir". Lundi soir, Edwy Plenel de Mediapart a parlé non pas d'une liste mais d'un "croisement de noms" avant qu'aujourd'hui certains ne s'interrogent sur la crédibilité de Condamin-Gerbier. Récit.

Listes et politique, mariage fatal. Le 8 avril 1992, Pierre Bérégovoy, alors premier ministre lance à la tribune de l'Assemblée nationale "J’ai ici une liste dont je pourrais éventuellement vous parler", il fait allusion à des députés qui auraient trempé dans des affaires de corruption. 2004, c'est l'histoire du fameux listing Clearstream (nous vous en parlions ici) qui était finalement faux.

20 ans après Bérégovoy, le 23 mai 2013, c’est sur France Inter que Pierre Condamin-Gerbier (le super témoin de toutes les affaires, nous vous en parlions ici), banquier genevois, ex-gestionnaire de Reyl Private Office (filiale de la banque R...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.