Les chips vont-elles bouter la presse hors des gares ?
enquête

Les chips vont-elles bouter la presse hors des gares ?

L'Obs tire le signal d'alarme. Un peu vite ? Silence de la SNCF

Réservé à nos abonné.e.s
Bientôt moins de journaux vendus dans les gares ? Au terme d’un appel d’offres dont les décisions seront connues en juillet, la SNCF pourrait ne pas renouveler les concessions octroyées jusqu’à présent à Relay, du groupe Lagardère, et leur préférer le duo Servex-Monoprix ou encore le libraire britannique WH Smith. Mais quelle que soit l’enseigne retenue, le périmètre de la vente de journaux risque d’être réduit au profit de produits plus rentables comme les sandwichs ou les confiseries.

SNCF : les Relay en danger. Sous ce titre accrocheur, Le Nouvel Observateur du 23 mai assure que les éditeurs de presse sont inquiets. En effet, la SNCF vient de lancer un appel d’offres pour "réattribuer les 305 boutiques Relay jusqu’à présent gérées par Lagardère Services et qui assurent l’essentiel des ventes de journaux dans les gares".

L’enjeu est de taille. Selon un article de Sud Ouest, "1 800 à 2 000 titres de presse sont en vente dans les boutiques Relay. Et celles-ci représentent 9 % des ventes de la presse française au numéro et 25 % de celles de magazines d’information".

Cet appel d’offres fait suite à une ...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.